Paolo Ciabatti a fait le point dans le Corriere dello Sport sur les différents sujets évoqués durant l’intersaison : la reconduction d’Andrea Dovizioso et la possibilité de développer la GP18 dans deux directions différentes pour Dovizioso et Lorenzo.

Paolo Ciabatti dément la rumeur qui voudrait que Gigi Dall’Igna travaille sur deux cadres en fonction des différents styles de conduite de ses pilotes…

« Il n’ y aura pas deux cadres. En fait, il est vrai que Jorge a plus du mal à obtenir une bonne vitesse d’entrée en virage et une bonne vitesse de passage une fois qu’il a lâché les freins, mais cela est aussi un problème pour Andrea qui est plus agressif dans cette phase. N’importe quelle amélioration apportera des avantages pour les deux, et le nouveau châssis aura suffisamment de possibilités d’ajustements pour le permettre. La GP18 ne copiera pas Honda, et elle a simplement évolué, D’ailleurs, en 2017, nous avons remporté six Grands Prix et nous avons joué le Championnat du Monde jusqu’à la fin. »

Ducati attend toujours des éclaircissements concernant l’aérodynamique…

« Nous attendons avec impatience des précisions sur l’aérodynamique, parce que si Yamaha se présente avec ce qui a été vu à Valence, nous pourrons alors redessiner nos ailerons pour obtenir un carénage plus compétitif. »

Quant aux pilotes…

« Évidemment, nous voudrions les confirmer tous les deux, mais les budgets ne sont pas infinis et nous ne pouvons pas tout dépenser dans un seul domaine, sans garder une marge pour le développement. Bien sûr, nous sommes conscients que Dovizioso attend une offre conforme à ses derniers résultats, rendus possibles grâce à sa grande progression personnelle et sa forme exceptionnelle, mais aussi grâce au support et à la compétitivité de sa Ducati. Vous ne gagnez pas six courses par hasard. Il y a eu quelques courses, Brno, Aragon, Phillip Island, où nous avons beaucoup peiné et, en fait, le but est justement de nous améliorer là où nous étions faibles, afin de permettre aux pilotes de ramener autant de points que possible dans des situations difficiles.Nous allons bientôt commencer à parler à Andrea. Il s’attend à un engagement en ligne avec celui des autres pilotes de haut niveau. Nous discuterons des questions économiques, mais aussi techniques. Il a raison, ce sera une négociation compliquée. Nous commencerons à parler dès le test de Sepang à la fin du mois. »

Technique traditionnelle, on lance d’autres noms pour tenter de calmer les ardeurs des intéressés…

« Nous avons embauché Jack Miller, qui en est à sa quatrième saison en MotoGP à seulement 23 ans, en l’insérant dans l’équipe satellite de Pramac. Ensuite, à part Franco Morbidelli qui a remporté le Championnat du Monde Moto2 et qui fera ses débuts cette année en catégorie reine, Francesco Bagnaia et Joan Mir, qui ont dominé la Moto3 et que nous verrons cette année en Moto2, nous plaisent bien. »

Comme Dovizioso l’a déclaré récemment (voir ici), il ressort clairement de cette interview que Ducati entend faire le bras de fer avec son pilote leader, et ce, malgré sa saison exceptionnelle.

On peut aisément imaginer le sentiment d’injustice que doit éprouver l’homme de Forli en pensant au salaire de son coéquipier qui n’a rien gagné en 2017, environ 10 fois supérieur au sien…

 


Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team