Ce Grand Prix du Portugal a quelque peu rendu le sourire à un Franco Morbidelli qui semble comme résigné à son sort de pilote satellite. Ses propos sur la suite de sa carrière avec une feuille de route claire donnée à la structure VR46 en charge de sa gestion professionnelle ont clairement laissé entendre que des horizons nouveaux étaient à découvrir. Mais l’italo-brésilien a toujours l’intention de briller quand l’occasion se présente. Et ce dimanche à Portimao, c’était le cas.

Franco Morbidelli a retrouvé l’ivresse des sommets du classement et il a accompli à Portimao une solide course qui l’a amené jusqu’à la quatrième position.  A un souffle du podium et seulement à un peu plus de 5s du vainqueur Quartararo. Son ancien équipier à présent équipé de la dernière Yamaha. Ce qui n’est pas son cas.

Une différence de matériel qui n’est pas sans conséquences. Morbidelli précise ainsi : « il me semble que les autres pilotes Yamaha peuvent faire un meilleur usage des pneus. Ils en ont un peu plus pour mieux utiliser les pneus et ainsi avoir un peu plus de vitesse pure. Si vous regardez les temps au tour de la course, je n’ai pas établi de temps impressionnants. Mais j’ai été très constant et j’ai pu me battre pour le podium à la fin ».

Il ajoute : « les autres peuvent mieux utiliser les pneus et ainsi tirer un peu plus de la moto. J’ai l’impression que c’est la situation actuelle. Même sur un tour rapide en qualifications, je ne peux pas plus. Je n’arrive pas à faire sortir cet extra. Mais ce que je peux en retirer, je peux le garder longtemps. Et c’est une bonne chose, surtout pour les courses ».

 Morbidelli : « il y avait quelque chose à l’arrière que je n’aimais pas »

Sur sa situation technique, il indique : « nous avons beaucoup travaillé sur la moto pour pouvoir à nouveau avoir le bon feeling. Nous devons maintenant essayer de tirer le meilleur parti du matériel dont nous disposons. Il y avait quelque chose de gros à l’arrière de ma Yamaha que je n’aimais pas, alors nous nous sommes concentrés là-dessus, mais le travail a été fait sur toute la moto ». Il n’en dira pas plus, mais remercie son chef mécanicien : « je suis toujours convaincu que Ramon Forcada est le chef d’équipe le plus compétent du MotoGP. Son expérience et ses compétences sont immenses. Cela montre aussi que nous pouvons encore être forts avec notre moto ».

Morbidelli parle aussi de sa course portugaise : « je suis content de la performance d’aujourd’hui. C’était une super course, je me suis amusé. J’ai tout donné pour peut-être pouvoir terminer deuxième, mais malheureusement nous n’avons pas réussi. Je pense que notre potentiel était un peu inférieur à celui de Pecco et Mir. Néanmoins, je suis vraiment content de ce résultat ».

Une satisfaction qu’il ne décline cependant pas comme un retour parmi les favoris au championnat. Ce chapitre semble avoir été refermé dès les deux échecs à Losail consommés : « le championnat a commencé au Qatar. Pas bien, mais il a commencé là-bas. Ce n’est pas la peine de parler de mon championnat. En fait cette année, comme je l’avais deviné, est plus difficile. Tout le monde a grandi, en particulier les Ducati, mais aussi l’usine Yamaha. Ce résultat est un bon point de départ, à partir de maintenant, nous devrons tout bien faire. Notre force doit être la constance ».

Morbidelli Portugal

MotoGP Portugal J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team