Brad Binder sera avec Iker Lecuona et Álex Márquez l’un des trois débutants en MotoGP cette saison. Vice-champion du monde de Moto2 en 2019, le Sud-Africain a toutes les compétences pour avoir ce guidon officiel KTM. Mais le pas à franchir vers la catégorie reine ressemble plus à un bond et l’équipier de Pol Espargaró reconnaît qu’il manque encore d’élan. Cependant, il progresse et se réjouit des aides apportées par son équipier et Dani Pedrosa…

Brad Binder va disputer sa première saison de MotoGP en 2020 avec Pol Espargaró dans le Red Bull KTM Factory Racing Team, où il a repris la moto de Johann Zarco. Dimanche, le rookie a terminé 17e du test en Malaisie, mais à seulement 0,755 seconde derrière le leader Fabio Quartararo (Yamaha). Sur la feuille de temps combinée, Binder est 19e après trois jours.

« Je suis plus proche de mes adversaires à la fin du test de Sepang qu’au début, mais il y a encore un long chemin à parcourir, c’est sûr », a déclaré le nouveau venu, qui était également impliqué dans le « shakedown » à Sepang. « Ce fut un total de six jours positifs. Nous avons fait un pas en avant chaque jour et ça me fait plaisir. Le classement n’est bien sûr pas satisfaisant, mais 0,7 seconde derrière le premier, ce n’est pas mauvais ».

Binder poursuivra son travail au Qatar du 22 au 24 février : « d’ici là, j’ai un peu de temps pour réfléchir à ce que j’ai appris en Malaisie ces jours-ci. J’espère que nous pourrons continuer à progresser lorsque nous passerons au prochain test. »  Il précise : « je pense que je me suis généralement amélioré. Un peu dans le choix de la ligne, qui est assez différent de la Moto2, sur comment préparer la courbe et utiliser la puissance en sortie. J’ai aussi beaucoup appris pendant la phase de freinage. Mais il reste encore beaucoup à faire. Dans l’ensemble, cependant, on peut dire que plus je pilote, plus c’est facile pour moi. »

Alors que beaucoup de ses collègues se sont plaints de la chaleur, le Sud-Africain n’a pas eu de gros problèmes. Et pour cause : « la bonne chose est que je m’entraîne en été toute l’année. C’est l’été à la maison en décembre et janvier lorsque nous avons une pause hivernale. C’est pourquoi ce n’était pas trop mal pour moi en Malaisie. »

 

 

 

Néanmoins, rien n’est acquis : « c’est beaucoup plus physique que mon ancienne Moto2 », a déclaré Binder. « Je dois définitivement travailler plus fort sur moi-même. Je pense que le plus grand défi lors du passage de la Moto2 à la catégorie reine est d’être constant sur une plus longue distance. Ce n’est pas trop difficile de faire un seul tour rapide. Mais être rapide sur toute une distance de course, à allure constante, est délicat. Je manque également d’expérience. Dimanche, j’ai fait douze longs tours et j’ai dû faire très attention à ne pas faire d’erreur. Et ce n’est que la distance d’une demi-course. »

Il termine sur ses aînés qui sont de bons conseils : « Pedrosa et Pol Espargaró m’aident vraiment beaucoup. C’est formidable de travailler avec deux pilotes aussi expérimentés et d’obtenir des informations d’eux. Mais je dois d’abord apprendre à gérer toutes ces informations car je me rends compte que j’y pense parfois trop et que je me fie trop peu à mes propres compétences. »

Dans l’ensemble, Brad Binder est très satisfait des premiers tests MotoGP de l’année : « j’ai fait de gros progrès et je suis beaucoup plus proche des autres que je ne l’étais lors des tests à la fin de l’année dernière. La sensation avec la moto est également bien meilleure. Néanmoins, j’ai encore un long chemin à parcourir, c’est sûr. Plus je travaille dur, plus vite je verrai les résultats. »

 

MotoGP, Tests Sepang J3 : chronos

Crédit motogp.com


Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP