Maverick Viñales a certes fait ses excuses publiques à son employeur Yamaha qui l’a mis à pied en arguant du fait qu’il n’était plus dans son assiette. Un mea culpa qui a sensibilisé ses collègues pilotes, dont Rossi et Marquez qui ont ouvert la porte à une idée de réconciliation pour Silverstone. Mais rien n‘est moins certain qui Yamaha y soit sensible. Le constructeur connait bien son pilote ; les griefs ne datent pas de la fin de course sidérante du Grand Prix de Styrie, et il y a cette apparition sur Instagram qui n’est pas du genre à apaiser les esprits…

Ainsi, si Maverick Viñales a fait amende honorable sous les caméras, sur son réseau social, il s’est montré encourageant avec enthousiasme Jorge Martin lors des qualifications, au moment où la bataille pour la pole position se jouait contre… La Yamaha de Fabio Quartararo. Une scène qui a aussi été saisie après ses excuses télévisées.

Pendant ce temps, après l’acte de contrition de l’Espagnol, Maio Meregalli du team officiel Yamaha a sobrement commenté : « les excuses sont bien sûr les bienvenues ». Et il ajoute : « la situation ne changera pas pour le moment ». Quant au grand patron Lin Jarvis, il a été expéditif : « je n’ai pas vu Viñales depuis deux jours ».

Entre Viñales et Yamaha on est encore loin d’envisager ensemble Silverstone

Cela ne se détend donc pas encore vraiment entre Viñales et Yamaha. Pour la suite, et si la crise devait perdurer, il faudrait réfléchir à un plan B. Cal Crutchlow, le pilote test, a senti le vent venir et a tenu à poser ses jalons : « j’ai été embauché en tant que pilote d’essai parce que je voulais seulement tester et ne plus vouloir courir une saison de MotoGP. Personne ne m’en a encore parlé et je devrais d’abord en discuter avec ma famille ». Si Morbidelli est attendu, c’est pour 2022. Par ailleurs, Jarvis s’est ostensiblement montré avec Razgatliogu à Spielberg ce samedi. Cependant, le Turc joue le titre en WSBK. Alors il y a Gerloff.

Mais l’ambiance actuelle est que personne ne s’attend à une réconciliation rapide dans le paddock MotoGP entre Viñales et Yamaha. “Les décisions concernant les futures courses seront prises après une analyse détaillée de la situation et de nouvelles discussions entre Yamaha et le pilote” entend-on du côté du constructeur.

Yamaha aurait deux options : soit licencier Viñales avec effet immédiat et retenir le solde de son salaire annuel, soit le suspendre pour le reste de la saison. Viñales ne pourrait pas courir pour son éventuel nouvel employeur avant 2022 et ne pourrait pas piloter de MotoGP pendant environ six mois. Ce serait un sérieux revers pour sa compétitivité.

Viñales

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP