En l’état des choses, il semble difficile de vraiment “faire parler” cette courbe comparative entre les chronos de Jorge Lorenzo durant les deux dernières éditions du Grand Prix d’Italie.

Ce qui semble évident, c’est que le pneu avant Bridgestone permettait d’attaquer très fort lors des 4 ou 5 premiers tours, ce que n’a pas fait Jorge Lorenzo cette année. Valentino Rossi revenait d’ailleurs facilement sur lui après des freinages un peu trop longs.

En milieu de course les deux montes pneumatiques semblent s’équilibrer.

En fin de course, le Michelin pourrait apparaître plus constant, mais il ne faut pas oublier qu’en 2016 Lorenzo avait Marquez aux fesses, tandis qu’il a fini la course 2015 avec 5 secondes d’avance après avoir jusqu’à plus de 8 secondes en course. Quelle était la part des pneus japonais dans ce ralentissement? Seul Lorenzo le sait, mais on peut essayer de chercher quand même…

A suivre…



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP