Andrea Iannone

Mais que devient Andrea Iannone, l’ancien pilote MotoGP ? Suspendu pour une sombre affaire de dopage synonyme de fin de carrière, celui qui était surnommé Joe le Maniac se cherche une raison d’exister. Mais il a beau biller dans les médias, le monde de la mode et briser les cœurs, il en revient toujours au point de départ, au commencement de toute chose pour lui : la moto. Il s’est confié a ses compatriotes, en demandant même presque pardon à ses deux anciennes sulfureuses conquêtes…

Andrea Iannone y est allé de ses confidences dans une interview à ‘Verissimo‘ diffusée le samedi 15 janvier sur Canale 5 en Italie. Et il a commencé avec ce qui a été le tournant de sa vie, une interdiction de pratiquer son sport jusqu’en décembre 2023 pour cause de dopage, révélé après que des tests effectués par l’AMA à Sepang en 2019 aient révélé des traces de drostanolone. « J’ai perdu la vie évidemment » dit-il. « C’est moi qui ai fait ma vie depuis que je suis enfant jusqu’à il y a deux ans donc quand on t’en prive tu te sens désorienté. Je manque de vitesse, je ne trouve nulle part ce que le MotoGP me donnait ».

Il a ensuite ajouté qu’il avait deviné comment les choses se passeraient avant même le verdict final : « j’avais déjà tout calculé et tout compris avant même le prononcé de la peine et ce n’était pas bien parce que tu te dis : comment est-ce possible que je sache déjà comment ça se termine avant le jugement ? J’ai été malade et j’ai beaucoup souffert, mais je suis de ceux qui réagissent assez vite en cherchant chaque jour de la motivation. J’ai commencé à penser qu’étant donné la situation impensable, même quelque chose de pire aurait pu arriver et que donc ça devait se passer comme ça. Alors j’ai commencé à le prendre avec philosophie et à regarder autour de moi ce que la vie m’offrait et aujourd’hui je suis là ».

« Depuis 16 ans, je fais des contrôles et j’ai toujours été testé négatif pour tout type de substance. Il a été reconnu que je n’avais pris aucune substance volontairement, mais simplement en mangeant un morceau de viande au restaurant, mais ce n’était pas suffisant ». Reste qu’Andrea a continué à s’entraîner : « je n’ai jamais arrêté de m’entraîner, je fais de la moto quand je peux, c’est un peu complexe parce que je n’ai pas de licence de pilote ».

Andréa Iannone

Andrea Iannone est suspendu jusqu’en décembre 2023

Puis après avoir parlé du Iannone côté piste, il s’épanche sur l’Andrea côté cœur… « Combien de fois suis-je tombé amoureux ? Je n’ai eu que 3 copines officielles dans ma vie : la première à 18 ans qui s’appelait Claudia avec qui je vivais un amour d’adolescence, puis je me suis fiancé à Belen et puis cette parenthèse avec Giulia mais ensuite plus rien pour qui donnent une importance vitale ».

Il parle ainsi de Belen Rodriguez et de Giulla De Lellis : « Giulia vivait avec moi quand la catastrophe s’est produite, j’avais la tête ailleurs, puis l’amour s’est évanoui. Dans ma tête, tout était inexplicable, tout mauvais. J’ai de très bonnes relations avec elle, nous parlons souvent et je l’aime. Elle m’a montré qu’elle était là chaque fois que j’en avais besoin ».

Sur la relation avec la show girl argentine il termine : « j’ai toujours eu un excellent dialogue avec Belen, ce qui a été notre force. Je pense que j’ai apporté de l’amour et du bien dans sa vie. Je suis venu à un moment très complexe pour elle : elle se séparait et son mariage était terminé. Je l’ai toujours vue tellement souffrir de cet échec ». Pour l’instant donc, le cœur du pilote ne bat pour personne : « pour le moment je ne suis pas amoureux, mais je vais bien comme ça ». Mais il ira sans doute encore mieux en janvier 2024…

Andrea Iannone

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Verissimo (@verissimotv)

 

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone