De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

Valentino Rossi et Kessel Racing travaillent ensemble depuis 2009. Une première expérience à Vallelunga et, après les 12 heures du Golfe, la collaboration est destinée à se poursuivre.

Après sa deuxième véritable expérience en endurance, Valentino Rossi semble prêt pour le grand saut. Ronnie Kessel, directeur de l’équipe Kessel Racing, ne peut qu’en être fier et il a hâte de célébrer ce mariage. Mais sans mettre la charrue avant les bœufs, car l’objectif premier du Docteur est de mériter une prolongation de son contrat avec Yamaha. 1+1 ou 2 ans font peu de différence, l’important étant de revenir au même niveau que les autres pilotes de l’usine et du team satellite. Adviendra ensuite ce qui adviendra, l’équipe suisse étant prête à accueillir le pilote de Pesaro.

La troisième place au classement général des 12 heures du Golfe est un excellent point de départ, même si ce n’est pas sa première approche de l’endurance. En novembre 2009, champion en titre de la catégorie MotoGP, Valentino Rossi s’est installé au volant d’une Ferrari 430 Scuderia en version d’endurance pour les 6 Heures de Vallelunga. En alternance avec Andrea Ceccato et Alessio “Uccio” Salucci, il a terminé troisième en GT3 malgré une panne de moteur. A Abu Dhabi, même la panne électrique ne l’a pas empêché de triompher dans la section Pro Am et de monter sur le podium du classement général.

KESSEL RACING ATTEND LE DOCTEUR
Ce n’est pas un mystère que Valentino Rossi apporterait non seulement du prestige au monde de l’endurance sur quatre roues, mais aussi à l’équipe Kessel déjà renommée, prête à ouvrir les portes pour une ère post GP. « La relation entre Valentino et notre équipe a maintenant dix ans », a déclaré Ronnie Kessel à Sky Sport. « La première course à Vallelunga a eu lieu en 2009 avec la Ferrari 430 Scuderia… Je me souviens qu’après les dix premiers tours, il est sorti de la voiture et a demandé la télémétrie. Il a passé au moins une demi-heure à l’étudier seul, en regardant les points de référence, les points de freinage et d’accélération. Et quand il est revenu sur la piste, il a réalisé le deuxième meilleur temps, c’était quelque chose de vraiment surprenant. Nous n’avions jamais eu un pilote qui s’approchait du monde de la GT et qui réussissait à se hisser en deuxième position après vingt tours. »

Le champion de Tavullia a enfin fait la lumière sur son avenir dans la course automobile, une option toujours soutenue par son père Graziano.

« Ce serait un grand honneur, et je pense que toute l’équipe est là pour donner le meilleur d’elle-même depuis les 12 Heures », a conclu Ronnie Kessel. « Alors, pour l’avenir, s’il est heureux de le partager avec notre équipe en quatre-roues, je ne peux que lui en être reconnaissant. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi