C’est une interview de Jorge Lorenzo extrêmement riche que vient de publier Manuel Pecino sur Sport Rider.

De la psychologie du pilote espagnol jusqu’à ses difficultés concrètes chez Ducati, en passant par le secret de Maverick Vinales et les problèmes posés par les Michelin, on n’y apprend une foultitude de choses très intéressantes dont nous reportons ici quelques extraits.

Jorge Lorenzo : « Mon instinct me fait piloter comme avec la Yamaha. Avec la Yamaha, si vous attaquez trop fort, vous allez lentement. Nous l’avons vu dans de nombreux cas, comme avec (Ben) Spies qui a bien débuté, mais a eu un moment difficile après, ou avec Pol Espargaró qui est un pilote très agressif, ce qui l’empêche d’aller vite. Les pilotes qui sont allés le plus vite avec la Yamaha ont été des pilotes tout en finesse … (Colin) Edwards, Valentino ou moi-même. Avec la Yamaha, ce que vous devez faire est de ralentir un peu au début, parce que la moto ne vous permet pas de freiner ni très agressivement ni très tard, puis de lâcher les freins tôt et ouvrir les gaz tôt. 

Avec la Ducati, c’est exactement le contraire: je dois être conscient que je dois freiner plus tard, plus énergiquement, pour générer plus de transfert de charge. D’autre part, Je dois utiliser le frein arrière, ce que je n’ai jamais fait avec la Yamaha; Freiner la moto en faisant glisser la roue arrière. C’est le contraire de la Yamaha. En outre, pour faire tourner cette moto un peu plus, vous devez ouvrir les gaz de manière agressive et la faire glisser un peu au milieu du virage. Avec la Yamaha, cela ne fonctionne pas… c’est un monde différent. C’est comme jouer dans une ligue de football très offensive et, tout à coup, vous devez jouer en Italie, où vous jouez essentiellement sur la défensive. » 

Freinage, virage et accélération; Dans les trois phases d’un virage, vous avez toujours été forts dans les deux dernières, et ceci a fait la force de votre pilotage. Avec la Ducati, il semble que vous deviez sacrifier les virages et améliorer le freinage; Est-ce vrai? 

« Cela dépend. Si vous regardez (Alvaro) Bautista, il est également fort dans les virages, et si vous regardez Dovizioso, il n’a que le freinage et pas les virages. Il s’agit plutôt d’être un peu plus agressif avec les freins et les gaz, et d’utiliser la plupart du temps le frein arrière. Fondamentalement, être plus fluide en entrant dans les virages, entrer plus vite dans le virage. En fin de compte, un pilote qui va bien dans les virages aura toujours quelques kilomètres/heure de plus. Peut-être que, dans les virages, je n’arriverai pas au niveau que j’ai eu avec la Yamaha, maintenant mes virages sont environ 5 km/h plus lents, mais je le compenserai avec d’autres domaines, comme l’accélération. Je dois tirer le meilleur parti de notre puissance moteur et de notre bonne gestion de l’anti-wheelie ; D’autre part, la bonne stabilité au freinage me permet de freiner plus tard … »

Tous les pilotes Ducati conviennent que la Desmosedici est une moto très physique. Pouvez-vous expliquer ce que cela signifie exactement?

« Actuellement, la moto ne s’arrête pas lorsque vous tirez le frein. C’est pourquoi les pilotes Ducati utilisent beaucoup le frein arrière, de sorte que cette inertie de la moto ne tire pas trop sur vos bras, car cela nécessite beaucoup de force dans les bras. Ensuite, le moteur est très nerveux, surtout à haute vitesse. En fait, vous devez également utiliser un léger frein arrière pour calmer la moto dans certains virages. Dans ces deux phases, freinage et accélération à haute vitesse, la moto est plus physique. Par contre, c’est une moto beaucoup plus stable dans les lignes droites, elle bouge moins, et vous pouvez vous détendre un peu … Mais oui, en général, elle vous fatigue plus, et la piloter fait battre votre pouls plus rapidement. »
Avez-vous changé votre méthode habituelle de préparation physique pour cette moto ?
« Oui, j’ai plus de muscles maintenant, je suis plus fort. »

Mentalement, il doit être difficile d’accepter qu’un style de pilotage qui vous a permis de gagner 5 titres, en particulier les trois en MotoGP, ne fonctionne plus. 

« Je considère la situation comme un objectif très difficile, un défi que seul (Casey) Stoner a remporté. Il est également vrai qu’à l’époque, la moto était très compliquée, mais en 2007, l’avantage de puissance par rapport à la Yamaha et à la Honda était minime. Il a également eu les pneus Bridgestone, ce qui,par rapport au Michelin, faisait une énorme différence, en particulier l’avant. En 2008, il a remporté quelques courses, en 2009 aussi quelques-unes, et certaines en 2010, mais ce n’était pas la même chose qu’en 2007. Seul Stoner a toujours gagné des courses et gagné le titre une fois [avec Ducati]. Oui, il est vrai que, en ce moment, Bautista s’est très bien adapté à la moto, que Dovizioso va plus vite que moi, tout comme (Danilo) Petrucci, (Scott) Redding et le reste, mais je pense que lorsque je trouverai le déclic, je pense que mon niveau peut être quelque chose de plus élevé que ces pilotes. En fait, ce devrait être le cas maintenant, car, après tout, Ducati m’a engagé pour ça! Mais je crois fermement que lorsque je comprendrai comment aller vite avec cette moto, puisque j’ai réussi à comprendre tous les motos avec lesquelles j’ai couru dans ma carrière, je pourrai faire un pas de plus que ce que les autres produisent. »

J’ai demandé à Márquez ce que Viñales faisait avec la Yamaha que vous ne faisiez pas, et il m’a dit que Viñales freinait tard tout en gardant votre vitesse de passage en virages. Avez-vous remarqué si tel était le cas?

« Avec les Bridgestone, la vérité est que j’ai atteint un niveau très élevé, mais avec les Michelin, c’était très irrégulier. Cela dépendait des pneus qu’ils me donnaient et des conditions de piste; Je n’ai pas été aussi régulier que chez Bridgestone. Au lieu de cela, Viñales est régulier sur tous les circuits et c’est parce qu’il sait utiliser le frein arrière. Je ne l’ai pas utilisé avec la Yamaha, ce n’était pas aussi nécessaire qu’avec la Ducati, par exemple, mais Viñales le fait, et cela l’aide à ne pas trop charger l’avant. Freiner uniquement avec l’avant est très efficace, mais sur le mouillé, par exemple, c’est très bon car vous freinez avec les deux roues. J’aimerais avoir compris cette astuce et l’avoir appliquée avec la Yamaha, car j’aurais pu ralentir plus tard et je n’aurais pas toujours eu ce handicap au freinage. Assurément, l’année dernière, j’ai perdu à cause de cela. Pour Maverick, pour le moment, il est nécessaire de prendre de bons départs, et il a un peu de mal à prendre le rythme dans les premiers tours. Mais je pense que c’est un excellent pilote, principalement à cause de sa technique de freinage arrière, et qu’il est plus complet que l’année dernière. »

Des révélations qui ne manqueront pas de renvoyer sur le fait que Marc Marquez utilise son frein arrière pendant 80% d’un tour de circuit… (voir ici)

yes_tin7833-copy



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team