La première moitié de cette saison a mis en lumière un Joan Mir qui dirige le championnat avec 37 points d’avance sur Romano Fenati.

Actuel second du championnat, celui qui a connu les débuts de la Moto3 en 2012 (le seul avec Niccolo Antonelli, mais qui lui, déçoit quelque peu cette année) fait donc un très beau retour au sein du Snipers Team de Giancarlo et Mirko Cecchini, après son éviction brutale du team Sky VR46 Moto3 en Autriche l’année dernière.

Presque un an après, Motosprint, dans sa version papier, est revenu sur cet incident qui, à l’époque, a défrayé la chronique…


Cela va bientôt faire un an que vous avez été licencié de l’équipe Sky VR46 Moto3. Qu’avez-vous alors ressenti, alors que vous étiez troisième au classement et que vous avez été mis à pied ? Vous êtes-vous enfui dans la nuit pour ne plus voir les courses, comme quelqu’un l’a raconté ?

« Je l’aurais fait volontiers, mais au lieu de cela, je fus forcé de rester parce que je n’avais pas de billet de retour. J’ai dû attendre pour partir qu’une voiture vienne me chercher depuis Ascoli. Cette nuit-là, aucun de ceux qui étaient avec moi n’est allé dormir. Nous avons ri et plaisanté. Cela peut sembler étrange mais la situation m’a même fait sourire. Et puis, il y avait l’attention des médias : pour une fois, je me sentais vraiment important.

La clef pour rebondir ? Éteindre le téléphone pendant une bonne semaine. Éteindre le téléphone m’a permis de vivre une nouvelle expérience pour moi. J’ai vécu comme les enfants du passé, sans être connecté en permanence. J’ai roulé avec mon vélo, je suis allé à la mer en sandales, maillots et chemisette, sans aucune pression. Les rendez-vous avec ma petite amie et mes amis étaient pris oralement, j’étais redevenu un enfant.

Au bout d’une semaine, j’ai recommencé à m’entraîner, mais sans but précis. Je l’ai fait pour moi. Mes pensées me ramenaient à la moto et à la course, alors j’ai essayé de les rejeter et je me suis concentré sur la famille, ma petite amie, les amis. Je suis aussi allé dans les montagnes pour faire un peu d’escalade, et la nature m’a forgé. Même les choses qui ne fonctionnent pas servent à grandir, en particulier pour moi qui ne suis pas capable de faire semblant ni d’utiliser un ton en demi-teinte. Je suis sincère et sans détours. »

Aujourd’hui, vous êtes en lutte avec votre ancienne équipe, le team Sky VR46. Avec quels yeux regardez-vous cela ?

« Il n’y a pas de rancune. C’est un peu comme si vous quittez une fille que vous aimez encore. Je vois qu’ils travaillent beaucoup et bien, et ils vont sans doute de nouveau arriver au premier plan. »

Quel que soit le résultat final du Championnat du monde Moto3, Romano Fenati et son équipe feront le saut en Moto2 l’année prochaine.



Tous les articles sur les Pilotes : Romano Fenati

Tous les articles sur les Teams : Ongetta-Rivacold