Lors de cette conférence post-course du Grand Prix de San Marino qui réunissait également Marc Marquez (voir ici) et Andrea Dovizioso, Danilo Petrucci a répondu aux différentes questions des journalistes après avoir frôler sa première victoire en MotoGP.

Comme à notre habitude, afin d’éviter toute interprétation journalistique abusive, nous vous proposons une traduction “brute” de l’intégralité des propos de Marc Marquez , sans aucune mise en forme.


Vous aviez fait le plus difficile et étiez très proche de votre première victoire en MotoGP. Les sentiments sont mitigés ?

Danilo Petrucci : « oui. Les sentiments sont très mitigés car bien sûr je suis heureux d’être de nouveau sur le podium en Italie, mon troisième podium de l’année, mais j’ai mené la course pendant je ne sais pas combien de tours. J’étais assez inquiet car, depuis ce matin, nous savions que la piste était très glissante, en particulier dans certains virages. Quand j’étais en tête, après que Jorge ait chuté, je me suis dit « OK, voyons ce qui se passe ». J’ai essayé d’attaquer à de nombreuses reprises mais à 8 tours de la fin, j’ai pris un très grand risque au virage #6 et je me suis dit « OK, peut-être que Marc va me doubler » mais après deux minutes, je savais que Marc était trop intelligent pour rester en tête et faire le rythme. J’ai pensé à le laisser passer pour faire le rythme mais il avait été très fort durant le Warm up et j’avais peur de le perdre. J’ai donc essayé de rester en tête durant toute la course et j’ai forcé quand il restait deux tours à faire. Mais dans l’avant-dernier tour, il a fait un superbe dernier virage et m’a doublé dans le virage #1. J’ai alors essayé de le repasser au virage #4 car il était un peu large, mais j’ai perdu la direction et ma moto est restée debout uniquement parce que je suis très grand et que j’ai essayé de rester debout avec le genou. Dans le dernier tour, il était large dans tous les virages et je me suis dit « OK, maintenant je passe à l’intérieur ». Et il était plus loin. « Maintenant, j’essaie de passer à l’intérieur ». Et il était de plus en plus loin… (rires). Donc je me suis dit « ne réfléchis pas et attaque » mais il a fait un dernier tour incroyable. Donc oui, je suis un peu triste pour cette deuxième place mais je n’ai pas de regrets car j’ai essayé durant toute la course. Il a fait un incroyable dernier tour donc il mérite cette victoire aujourd’hui. »

Dans le dernier tour, quand vous avez vu que vous ne pouviez pas doubler Marc, vous n’avez pas pensé à laisser la deuxième place Andrea ?

« Je dois être sincère ; j’y ai pensé et j’espérais qu’Andrea serait près. Mais je pense que Andrea pourra se battre sans mon aide, cette fois. Peut-être que je serai davantage heureux d’être plus important pour lui lors des prochaines courses. J’y ai pensé, mais j’ai essayé de repasser Marc jusqu’au troisième secteur, car je le voyais qui prenait beaucoup de risques et je me suis dit « OK, peut-être qu’il va élargir dans un virage et j’essaierai de lui faire l’intérieur », mais il n’a fait aucune erreur. Mais avant tout je pense pas que cela soit une bonne image pour le championnat de rendre une position dans le dernier tour. Nous nous battons tous pour quelque chose ici. Bien sûr, j’ai dit depuis jeudi que je voulais aider Dovi pour le championnat, mais si je le laisse passer dans le dernier virage, je ne sais pas si c’est une bonne image pour le championnat. Je ne sais pas. »

Quand vous meniez, pouviez-vous aller un peu plus vite et créer un écart avec Marc ?

« Non, sincèrement, quand je menais la course, je n’attaquais pas beaucoup mais je pense que tous les pilotes n’attaquaient pas beaucoup car les conditions de piste étaient très difficiles aujourd’hui. J’ai donc juste essayé de rester sur mes roues et d’être aussi rapide que possible, mais je savais que Marc est extrêmement fort. J’ai juste essayé de rester sur mes roues et j’espérais que Dovi puisse être avec nous. Mais ensuite, j’ai essayé de gagner la course et Dovi était un peu trop loin, donc j’ai essayé à trois ou quatre reprises d’attaquer durant la course pour créer un écart avec Marc, car je savais qu’il était très très fort durant le dernier tour. Cela n’a pas été possible de créer un écart. En fait, oui, je n’ai pas attaqué durant toute la course mais c’était limite pour rester sur ses roues. Il était très difficile de rester sur ses roues aujourd’hui. »

Avez-vous pensé à faire une course flag to flag ?

« Non, non. À aucun moment. Aujourd’hui, il faisait très froid. J’étais derrière Marc quand il a fait un signe et j’espérais qu’il rentre (rires). Mais je pense que la piste séchera seulement demain, car il faisait froid. Oui, cela séchait mais il y avait des zones extrêmement mouillées avec beaucoup d’eau dans certaines parties. Donc, en aucun cas, je n’ai envisagé une course flag to flag. »

Peut-on comparer la course d’aujourd’hui au Mugello et à Silverstone en 2015 ?

« C’est toujours différent. Aujourd’hui, c’était similaire à Assen. J’ai essayé de contrôler la course et à Assen, j’ai pris des risques dans le dernier tour mais je n’étais même pas en mesure d’essayer de gagner. Cette fois, il n’y avait pas de problème, mis à part Marc. Donc oui, je suis un peu triste car j’aurais pu gagner ma première course, mais Marc était plus fort donc je n’ai pas de regrets. Mais bien sûr, je suis très proche de la victoire. Il était difficile de mener la course aujourd’hui dans ces conditions, en particulier avec Marc toujours derrière. Oui, peut-être que c’est un bon podium. Je dis toujours que la plus belle de mes courses est la prochaine, donc j’essaierai à nouveau en Aragon. »

Mis à part le dernier tour, vous aviez un rythme très proche de Marc. Que ressentiez-vous ?

« Comme je vous l’ai dit, la chose la plus importante était d’essayer de rester debout. J’étais très fort en début de course quand il y avait beaucoup d’eau, peut-être que mon poids m’a aidé un peu plus pour la motricité. Mais je pense que j’ai un peu trop utilisé le pneu arrière durant la première partie de la course. C’était difficile car je savais qu’il pouvait m’attaquer durant la course puisque mener course comme ça est difficile. Je me disais qu’il pensait peut-être au championnat, mais non (rires). J’espérais vraiment très fort qu’il pense au championnat et qu’il ne m’attaquerait pas. J’ai essayé d’attaquer à de nombreuses reprises et je regardais l’écran géant, mais il y avait toujours un écart maximum de six ou sept dixièmes. Même si j’attaquais, il était en mesure de réduire l’écart, et sincèrement, ce n’est pas la meilleure situation que de devoir le redoubler dans le dernier tour, mais c’était la seule chance. Je ne sais pas, si je l’avais laissé passer (avant), si nous serions arrivés avec seulement une seconde écart. »

#SanMarinoGP MotoGP J.3 : Classement

193Marc MARQUEZHonda50’41.565
29Danilo PETRUCCIDucati+1.192
34Andrea DOVIZIOSODucati+11.706
425Maverick VIÑALESYamaha+16.559
551Michele PIRRODucati+19.499
643Jack MILLERHonda+24.882
745Scott REDDINGDucati+33.872
842Alex RINSSuzuki+34.662
994Jonas FOLGERYamaha+54.082
1038Bradley SMITHKTM+57.964
1144Pol ESPARGAROKTM+1’00.440
1219Alvaro BAUTISTADucati+1’17.356
1335Cal CRUTCHLOWHonda+1’35.588
1426Dani PEDROSAHonda+1’38.857
155Johann ZARCOYamaha+2’02.212
1676Loris BAZDucati1 tour
1717Karel ABRAHAMDucati1 tour
Non classés
53Tito RABATHonda9 tours
29Andrea IANNONESuzuki12 tours
22Sam LOWESAprilia13 tours
41Aleix ESPARGAROAprilia15 tours
8Hector BARBERADucati17 tours
99Jorge LORENZODucati22 tours

Crédit photo : MotoGP.com

 

Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Octo Pramac Yakhnich