Bien qu’un custom puisse ne pas sembler la base évidente d’un scrambler, ce n’est pas sans précédent. Yamaha a déjà sauté le pas avec la SCR950, et puisque les customs traditionnels sont parmi les rares motos actuelles qui intègrent une suspension arrière à double amortisseur, ils offrent une meilleure plate-forme pour obtenir ce look de scrambler des années 1960 que les châssis plus modernes ne le permettent.

La preuve que Honda développait un scrambler autour du bicylindre en ligne de 471 cc du Rebel 500 est apparue pour la première fois en 2019, lorsque la société japonaise a déposé des brevets spécifiquement axés sur l’installation de repose-pieds de style scrambler sur le cadre du Rebel. Les repose-pieds et les commandes du Rebel sont montés sur des supports qui disposés à l’avant, si le point de référence est la section pivot du bras oscillant du cadre. Sur un scrambler, les repose-pieds doivent être disposés plus directement sous la selle, ce qui facilite le pilotage debout et assis.

La solution paraît simple. Le brevet montre des repose-pieds montés sur une nouvelle plaque en alliage qui est boulonnée directement sur les supports existants sur le cadre, mais cela introduit un nouveau problème d’ingénierie lorsqu’il s’agit d’intégrer le maître-cylindre de frein arrière et le contacteur de feu stop. Le brevet déposé en 2019 par Honda a résolu ces problèmes.

 

 

Le brevet expose clairement comment le maître-cylindre a été repositionné juste en dessous du pivot du bras oscillant – caché et protégé par le cadre lui-même – avec une liaison le reliant au levier de frein. Les détails de ce lien étaient suffisamment nouveaux pour déclencher la demande de brevet. Heureusement pour nous, les dessins montrent clairement les détails du repose-pied, qui révèlent qu’il s’agit d’un design de style tout-terrain avec une surface supérieure en dents de scie et un insert en caoutchouc amovible. Le levier de frein est également doté d’un dessus dentelé, comme il sied à une moto ayant des envies de tout terrain.

 

 

Un examen plus approfondi de la moto dans les dessins de ce brevet montre que le moteur est le bicylindre en ligne provenant du CB500, bien connu chez Honda car installé dans une multitude de modèles, et le cadre est fondamentalement le même que celui du Rebel mais avec tout de même quelques adaptations techniques, pour s’adapter à la selle et permettre d’installer des amortisseurs arrière plus longs afin d’autoriser un plus grand débattement de la suspension arrière.

Le style global de la moto a été révélé, sans trop de détails, mais permet tout de même de dévoiler le système d’échappement, qui passe tout d’abord sous le moteur, comme sur le Rebel, mais monte ensuite presque verticalement juste derrière le repose-pied droit avant de tourner à 90 degrés pour entrer dans un silencieux horizontal relativement haut. C’est une disposition inhabituelle, mais que nous avons déjà vue sur le concept Bulldog 2015 de Honda – une conception basée sur un CB500 avec le même moteur que celui du Rebel (et donc attendu dans le CL500) mais un style étrange.

 

 

Des rumeurs en provenance du Japon suggèrent que le CL500 ressemblera étroitement au design présenté sur le brevet datant de 2019, et qu’il entrera en production cette année. Ils prédisent également un modèle CL250, bien qu’il n’y ait actuellement pas les mêmes preuves tangibles pour cette machine que pour la 500.