Comme on le sait, la présence de Lin Jarvis à la conférence de presse pré-événement de Jerez avait pour but d’annoncer le départ de Jorge Lorenzo pour Ducati.

Elle aurait pu également se justifier par l’annonce de l’arrivée de Maverick Vinales chez Yamaha en 2017; à 21 ans, celui-ci représente sans nul doute l’avenir aux côtés du très expérimenté Valentino Rossi.
Mais ce ne fut pas le cas, ce qui signifiait sans équivoque qu’aucun contrat n’était à ce jour signé dans ce sens.

Les tractations continuent donc en secret et l’affaire qui paraissait entendue (Yamaha veut Vinales, Rossi veut Vinales et Vinales veut Yamaha)  est sans doute retardée par une contre-offensive de Suzuki qui tente le tout pour le tout pour garder son poulain.

Et le tout pour le tout, cela signifie, de l’argent, bien sûr (sans doute actuellement plus que Yamaha), une moto compétitive, évidemment, mais aussi une cause noble, comme celle qui constituerait à atteindre le sommet avec une moto que le pilote espagnol aurait développée lui-même, plutôt que de se glisser dans les draps encore chauds de Jorge Lorenzo.

Là, en abattant cette carte, il faut reconnaître que Davide Brivio a fait fort, car il allie la beauté du geste à un certain droit à l’erreur, ce qu’un passage chez Yamaha ne permettrait pas; pas si facile que ça d’être comparé à Lorenzo, à moto égale!

En apparence un peu ballotté par tout cela, Maverick Vinales ne cache donc pas son attirance pour Yamaha, comme il l’a déclaré à Crash.net après Jerez: “bien sûr que cela me fait réfléchir, non? Parce que quand vous voyez (les Yamaha) première et deuxième, alors qu’Aleix et moi sommes cinquième et sixième, vous réfléchissez un peu.”

Mais le pilote de Figueras, en séparation avec son manager Aki Ajo, hésite encore et n’est apparemment pas insensible aux arguments avancés par Suzuki: “Mais j’ai confiance en Suzuki et je suis certain qu’ils peuvent encore me  montrer des résultats.”

Dans ce jeu habituel de poker menteur, Maverick Viñales s’en sort en fait plutôt bien car il dispose d’une carte maîtresse; Yamaha n’a guère d’autre choix que de trouver un agrément avec le #25.

Parce que sinon, se poserait la difficile question, précédant un long silence assourdissant: “qui?”

Quoi qu’il en soit, la réponse devrait maintenant intervenir assez vite…



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar