Le 20 janvier,  Marco Simoncelli aurait eu 32 ans. Pour fêter et commémorer le pilote décédé lors du GP de Malaisie le 23 octobre 2011, la Fondation qui porte son nom a inauguré hier, le jour de son anniversaire, la « Casa Marco Simoncelli« , une structure disponible pour les familles des enfants handicapés, à Coriano.  

Juste avant, le papa de Marco s’est confié dans une vidéo forcément très lourde en charge émotionnelle que nous nous contentons de traduire.

Paolo Simoncelli: « Je suis en colère contre Dieu parce que… parfois je me demande ce qu’il fout. Il devrait être un peu plus attentif, à mon avis. Ma femme dit toujours que s’il avait été bâtisseur, ce jour-là, il serait tombé de l’échafaudage. C’est une chose qui n’est pas juste, c’est une injustice

C’était sa vie, il était heureux, et c’est plus que suffisant pour nous. Chez les jeunes garçons, il a laissé ce désir qu’il avait de poursuivre un but, un rêve. C’était un type normal, un type qui disait ce qu’il pensait.

Je ne suis pas une personne extraordinaire, je suis juste un père désespéré.

Voilà sa première Minimoto, celle de Manuel Poggiali. Et ici, on a reproduit son box, tel qu’il était à sa mort.

C’est le travail que la Fondation, que moi, maman et Kate avons fait, nous le voulions à tout prix. C’est le résultat de cinq années de travail. C’est un centre dédié aux jeunes handicapés. J’ai voulu l’inaugurer pour l’anniversaire de Marco. J’espère que cela pourra peut-être aider ces jeunes à les rendre un moment plus heureux.

La Fondation est née juste après le 23 octobre (2011). J’étais obligé parce que nous étions vraiment submergés par les dons. Alors, on s’est mis au travail.

Je pense que c’est la chose la plus injuste au monde, en ce sens que les enfants ne doivent jamais mourir avant leurs parents. C’est quelque chose contre nature.

En aidant ces jeunes, ces handicapés qui sont là, finalement, Rossella et moi nous nous disons parfois que nous avons eu de la chance, parce que… de voir ces parents avec des enfants handicapés, peut-être dès la naissance, qui s’occupent d’eux et les dorlotent, je pense que ce sont les vrais héros de la vie, et ce sont des gens incroyables. Pas nous « .