Max Biaggi

C’est une affaire qui secoue actuellement le Landerneau de la moto en Italie et qui oppose un pilote de légende, Max Biaggi, avec un de ses ex-patrons, Marco Borciani. Ce dernier s’est exprimé au sujet d’une saison 2008 de WSBK où il avait l’empereur romain dans son box, signalant le mauvais souvenir laissé par cette expérience à se plier, pour ainsi dire, aux quatre volontés d’une diva. Une version de l’histoire qui a mis en colère le Corsaire qui ouvre les dossiers et déballe tout sur cette année où Ducati aurait truqué le championnat…

Le feu est parti de Corsedimoto et, en pleine sécheresse de l’actualité en période de canicule tétanisant la trêve estivale en Grand Prix, il ne pouvait que se propager à la vitesse d’un tour de qualification. En Italie, il consume le monde de la moto car Ducati et sa déontologie sont clairement mises en cause par un Max Biaggi, furieux d’avoir été mis à l’index par son ancien patron Marco Borciani, alors propriétaire de l’équipe satellite Ducati en World Superbike.

Nous sommes en 2008 et après un rappel des faits, Max Biaggi attaque fort sur la gestion de cette saison par la direction de Borgo Panigale … On lit ainsi : « j’avais signé un contrat directement avec Ducati, un contrat qui prévoyait le passage dans l’équipe officielle pour l’année suivante. La moto que j’ai testée pour la première fois en 2008 était une machine absolument gagnante. Par rapport à l’année précédente, la moto a gagné 200 cm3 en cylindrée. La moto à cette occasion avait le régime maximal à 11 500 tr/min. Après quelques jours, nous avons déménagé au Qatar, pour un nouveau test et à cette occasion, la moto a été amputée de 500 tr/min, en raison d’un prétendu problème structurel sur les arbres à cames. Nous ne pouvions rien faire d’autre que nous adapter ».

Et c’est là que tout commence… « A Valence, lors des essais libres, j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec la moto. Je me suis arrêté dans les stands et j’ai parlé à mon chef d’équipe. Cependant, le problème est resté indéfini. J’étais dépassé par des pilotes que je n’avais jamais vus auparavant ! Absurde. Mon chef technicien, après plusieurs allers-retours, a finalement admis que le directeur général de Ducati Corse Filippo Preziosi lui avait ordonné d’insérer une cartographie spécifique ».

Max Biaggi, Ducati

Max Biaggi : « il fallait qu’un seul pilote gagne, sinon le règlement aurait pénalisé le 2 cylindres, il était nécessaire de pénaliser les motos des clients« 

Max Biaggi vend ensuite la mèche : « il fallait qu’un seul pilote gagne, sinon le règlement aurait pénalisé le 2 cylindres. En effet, si un seul pilote avait gagné, la victoire aurait été attribuable à son adresse et non à un avantage technique du 2 cylindres sur le 4 cylindres. Ma moto était soudainement devenue mauvaise. A l’époque, la réglementation prévoyait principalement que le nivellement des performances entre 4 et 2 cylindres, à la suite d’un avantage de cylindrée en faveur des 2 cylindres de 200 cc, s’effectuait grâce à un poids minimum différent et avec l’utilisation de bride d’air, avec lequel l’air entrant dans la boîte à air était limité ».

« Les pénalités se déclenchaient facilement si un plus grand nombre de pilotes étaient présents aux premières places, équipés d’un des deux moteurs. La moto que j’avais testé en Australie était absolument une gagnante, car elle avait honnêtement un avantage moteur excessif. Pour cette raison, afin de remporter le championnat du monde, il était nécessaire de pénaliser les motos des clients. Si le podium avait été monopolisé par le 2 cylindres, l’application du règlement aurait réduit l’avantage de performance de la Ducati 1098 » assure Biaggi.

Ce qui veut dire, in fine, que le titre de Troy Bayliss de l’époque est en carton. Max Biaggi d’ailleurs le confirme : « lorsque l’avantage de Bayliss au classement général s’est consolidé, sur ma moto le limiteur a été déplacé à 12 250 tr/min. Le tout sans aucun changement structurel ! Ce même moteur pouvait désormais gérer 1 250 tr/min de plus. En bref, le régime du moteur a été augmenté et diminué selon le classement général. Voici la vérité que je n’ai jamais dite. Mais ça m’a aidé, ça m’a aidé à gagner deux autres championnats du monde sur mon Aprilia RSV4 ». Fermer le ban…

Max Biaggi

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team