Álvaro Bautista inapprochable sur l’un de ses circuits magiques : Il remporte également la course 2 et relance son échappée du championnat du monde. Jonathan Rea, Toprak Razgatlioğlu en mode défense.

Paolo Gozzi / Corsedimoto.com

Maintenant, essayez d’attraper un Álvaro Bautista comme ça. L’Espagnol réalise le triplé sur l’un de ses circuits magiques, comme la dernière fois à Aragon en 2019, et relance la course au Championnat du monde de Ducati. Le titre Superbike, qui manque depuis 2011, semble cette fois-ci à portée de main, même s’il reste encore quatre manches (douze courses) à disputer. Dans les mêmes conditions météorologiques et d’asphalte et avec les mêmes pneus, il était évident que la course 2 serait une copie-carbone de la course de la veille. En fait, pas une virgule n’a changé. « Alvarito » s’élance depuis la pole qu’il avait gagnée le matin en remportant la course de sprint, prend les rênes et augmente progressivement son avance. Rendez-vous à Portimão dans une quinzaine de jours.

 

Super Ducati, Michael Rinaldi termine le travail
A cette occasion, Ducati a mis un package fantasmagorique sur la piste. Puissance, gestion des pneus, fiabilité : Rien ne manquait à la Panigale V4. Michael Rinaldi a obtenu son jour de grâce avec une deuxième place défendue avec les dents contre les attaques de Toprak Razgatlioğlu et Jonathan Rea : En Superbike, le travail d’équipe fonctionne même quand il n’est pas commandé. Des deux challengers du championnat du monde, Jonathan Rea était le plus belliqueux. Mais la Kawasaki était à la limite, et Jonathan a commis quelques erreurs qui lui ont coûté le podium. Toprak Razgatlioğlu était plus soumis, et si un pilote aussi chaud court pour limiter les dégâts, sans flashs, cela signifie que Yamaha a dû avoir beaucoup de problèmes ce weekend.

 

 

La bataille est terminée
Álvaro Bautista a franchi la ligne d’arrivée à la parade, ralentissant sensiblement pour saluer les fans dans la tribune d’un côté et dans le box Ducati de l’autre. Cette suprématie était si écrasante qu’elle a soudainement changé le visage du championnat. Au cours des sept rounds précédents, nous avions été enthousiasmés par les dépassements, les bagarres et, de temps à autre, par les coups bas entre Álvaro, Toprak et Rea. Mais en Catalogne, les confrontations directes se sont estompées, laissant place à trois monologues prévisibles. Álvaro Bautista repartira dans quinze jours à Portimão avec +59 points sur Toprak Razgatlioğlu et +67 points sur Jonathan Rea.

 

 

Axel Bassani se lance, Scott Redding se rate.
Pendant environ la moitié de la distance, Axel Bassani, sprintant depuis le milieu de la grille, a tenu tête à Rinaldi, Rea et Toprak. Puis les pneus l’ont lâché, le convainquant de tirer les rames du bateau : La cinquième place est néanmoins excellente pour une équipe privée comme Motocorsa. En queue de peloton, un nuage de poussière a été soulevé par Scott Redding, qui a chuté dans le virage rapide à droite menant à la ligne droite. Le Britannique n’a été qu’écorché, et qui sait si au centre médical il aura repensé à la victoire qu’il a célébrée ici il y a un an avec Ducati. La BMW, qui dans les dernières courses semblait être en hausse, a ici plongé dans ses problèmes habituels.

Prochain round au Portugal
Le World Superbike reprend la piste dans quinze jours à Portimão, dans la région de l’Algarve au Portugal. Ensuite, le championnat offrira le triptyque final des manches non-européennes avec l’Argentine, l’Indonésie et l’Australie qui se succèdent rapidement. Grande finale du 18 au 20 novembre à Phillip Island.

 

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Paolo Gozzi

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista