Ce week-end, l’Aragon pourrait bien couronner un pilote. Celui-là est Sud-Africain et il est âgé de 21 ans. Officiel KTM, il devra quitter l’Espagne avec cent points d’avance pour être certain de son premier titre. Il s’agît de Brad Binder qui est cette année le grand patron du Moto3.

En treize Grands Prix disputés cette année, Brad Binder est monté sur dix podiums et a enlevé cinq victoires. Il est aussi à la tête de quatre pole-positions. Une régularité qui est synonyme de domination tandis que ses rivaux se prenaient les pieds dans le tapis ou étaient coupables d’un réveil trop tardif. Le premier cas concerne un Jorge Navarro vainqueur pour la première fois en Catalogne avant de connaître les affres de la chute et des blessures. Le second est un Enea Bastianini qui s’est abonné trop tard aux avant-postes.

Si, dans les dernières échéances, le pilote Estrella Galicia regrettait trois abandons, son homologue de chez Gresini qui le remplacera en 2017 dans son team prenait quatre podiums dont un succès à Misano. De fait, c’est l’Italien qui est à présent le challenger de Binder. Mais à 106 longueurs, ce qui ne peut que laisser des regrets à Honda qui se résigne de voir filer le titre chez le rival KTM.

Car il faudrait un cataclysme pour que l’équipier de Bendsneyder ne touche pas au but. S’il quitte ce dimanche Aragon avec un capital de cent points sur son plus proche poursuivant, l’affaire sera pliée. Concrètement, il lui suffit de terminer second de Bastianini. Ce dernier est mathématiquement contraint d’enlever les cinq Grands Prix restants en espérant voir Binder ne jamais voir l’arrivée pour espérer un revirement en sa faveur. Un scénario catastrophe qui favoriserait aussi Navarro. Autant se l’avouer : la couronne 2016 du Moto3 ne sera pas décidée à Valence comme celle de l’an dernier, échéance qu’avait dû attendre Danny Kent.

Dès lors, c’est sur la place de dauphin que se concentrera l’attention. En plus des deux précités, les Bulega, Bagnaia et autres Mir visent un statut de vice-champion du monde qui serait plus qu’honorable pour ceux qui n’en sont qu’à leur première saison à ce niveau. Aucun des pilotes engagés pour cette édition n’aura encore concrétisé en Aragon. Navarro sera à domicile et voudra faire aussi bien qu’en Catalogne, Bastianini espérera poursuivre sur sa bonne lancée, mais Joan Mir rappellera qu’il a réalisé le doublé sur ce tracé l’an passé dans le championnat CEV.

Parmi les protagonistes à suivre, on citera aussi Bulega, le Champion du Monde Junior en titre, Antonelli qui détient le record de la piste ou encore Fabio Quartararo qui rejoint une terre où il a conquis par deux fois le titre local. Le Français était cependant absent de l’échéance l’an dernier pour cause de blessure.

On suivra aussi l’évolution de Maria Herrera qui a trouvé les subsides pour finir la saison au sein du team MH6 Laglisse. Le tracé d’Aragon est son terrain de prédilection. Elle s’y est inscrite dans l’Histoire en 2013 en étant la première femme à s’imposer en CEV. L’an passé, elle avait fini treizième en partant de sa trentième position qualificative. De leur côté, les pilotes Mahindra auront à cœur d’oublier le cauchemar de Misano, Bagnaia en tête.

Enfin, on notera que le circuit n’a jamais récompensé la marque Honda tandis que Jorge Navarro devra en passer par une visite médicale avant de s’occuper de sa moto, se remettant d’une épaule disloquée. Les essais libres du Grand Prix Movistar d’Aragón de la catégorie débuteront vendredi 23 septembre dès 9h.

Si Brad Binder parvenait à ses fins, il succéderait dès le Grand Prix d’Aragón, à Jon Ekerold, dernier Sud-Africain à avoir été sacré. C’était en 350cc en 1980.

Classement Championnat :

1 – Brad Binder (RSA) KTM 229 points

2 – Enea Bastianini (ITA) HONDA 123 points

3 – Jorge Navarro (SPA) HONDA 118 points

4 – Nicolo Bulega (ITA) KTM 113 points

5 – Francesco Bagnaia (ITA) MAHINDRA 110 points

Tous les articles sur : Brad Binder