C’est un Jorge Lorenzo finalement pas contrarié par sa cinquième place qui en finissait avec sa première journée du Grand Prix des Amériques. Un résultat brut qui n’entamait pas des sensations nettes et bonnes lui prédisant un meilleur parcours qu’il y a un an. A condition que tous les bons les éléments s’assemblent.

Un mariage qui n’a pas été possible vendredi sur le tracé d’Austin. Entre des pneus à évaluer et une Yamaha au moteur récalcitrant qui l’a obligé à utiliser une moto de réserve aux réglages moins bons, le Champion du Monde en titre s’est persuadé que son heure viendrait au Texas. Ceci dit, c’est vers le podium que le regard de Por Fuera se tourne, car, pour la victoire, il faudrait aller terrasser un Marc Márquez qui a, une fois de plus, fait étal de toute son affection pour le circuit du Grand Prix des Amériques : « on a eu des soucis avec le moteur l’après-midi avec notre première M1 que l’on ne pouvait plus utiliser » raconte le Majorquin sur crash.net.

« Or c’était la machine avec les meilleurs réglages et on en a essayé d’autres qui n’ont pas marché. On a aussi testé une nouvelle combinaison de pneus avec un tendre à l’avant et ça n’a pas bien fonctionné sur cette piste aux températures plus élevées à deux heures de l’après-midi ». Du coup, le meilleur est à venir : « notre potentiel est en fait supérieur au résultat affiché. Nous valons mieux qu’une cinquième place et je pense que lorsque l’on aura tout mis ensemble, nous le démontrerons ». Voilà Márquez prévenu… Quoique ! « Je ne sais pas si je pourrais être aussi rapide que lui car il va vraiment très vite. Je ne pense pas que ce soit Honda qui fasse la différence. C’est lui. Il adore ce tracé et il y est très à l’aise ».

Content des Michelin

De son côté, Jorge Lorenzo n’a ramené dans sa carrière qu’une troisième place du Texas. « On peut être plus compétitif que lors des dernières années. Nous sommes réguliers sur la longueur d’un Grand Prix. Nous avons bien débuté ». Puis l’équipier d’un Valentino Rossi sixième à 73 millièmes rappelle son objectif principal : « il s’agit de ne pas tomber, de faire un bon résultat et aller ainsi à Jerez où là les choses pourraient être bien différentes ».

Là-dessus, celui que l’on annonce chez Ducati pour la saison prochaine revient sur des pneus Michelin qui découvrent ce tracé particulier : « lors de la première séance, le côté droit du pneu arrière semblait bien usé. On ne pouvait alors qu’utiliser l’option tendre. Michelin va amener un pneu plus dur que l’on va essayer dès le samedi matin et on verra l’usure. Pour être franc, j’étais un peu inquiet car je craignais ne pas pouvoir les monter comme il faut en température. Mais j’ai tout de suite senti après quelques virages que l’on pouvait attaquer avec. Je suis content du pneu arrière Michelin ».

Le choix des pneus, comme toujours, sera crucial Lorenzo explique la complexité du dilemme : « le tendre l’est trop, surtout pour l’après-midi. Le medium pourrait être la solution car les pilotes qui ont opté pour le choix le plus dur ont perdu de la vitesse dans la ligne droite ». On rappellera que Michelin à amener trois solutions pour l’avant : dur, medium et tendre. Deux options sont proposées pour l’arrière : tendre et medium avec une carcasse plus rigide.

Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP