Cette saison est la neuvième et la dernière pour les moteurs Honda CBR600 RR, utilisés depuis la création de la catégorie Moto2. Le nouveau Triumph 3 cylindres 765 cm3 a fait récemment son apparition dans un châssis Kalex, et plusieurs constructeurs en disposent pour fabriquer leur nouvelle partie-cycle.

Comme pour le Honda depuis six ans, l’entretien sera assuré par ExternPro, basé dans le Technopark du circuit de MotorLand Aragón. Günther Wiesinger de Speedweek a fait le point en ce début de saison avec Trevor Morris, le Directeur technique d’ExternPro.

La préparation des moteurs Triumph pour 2019 bat déjà son plein. Avez-vous une équipe de test ? Ou laissez-vous en grande partie le soin des essais sur circuit aux fabricants comme Kalex et KTM ?

« Jusqu’à présent, nous avons fait beaucoup de travail au banc d’essai, et nous avons fait beaucoup d’essais d’endurance sur une piste près de Barcelone, sur le Circuit d’Alcarras. Julián Simón a participé à un test ExternPro en Aragon. Mais Triumph a ses propres pilotes d’essai, environ huit d’entre eux, ils font des kilomètres et des kilomètres. Tout est question d’endurance et de stabilité, mais on simule les conditions de piste. »

Combien de moteurs de course Triumph avez-vous construits ?

« Nous avons commencé en début d’année. Je voulais faire suffisamment de tests d’endurance avant, donc nous étions toujours sûrs de ce dont nous avions besoin. En novembre, il y a eu une réunion avec les fournisseurs, car les délais de livraison ont été fixés. »

Avez-vous fait les tests d’endurance avec des moteurs de série ?

« Non, non, nous avons construit des moteurs avec la spécification Moto2. Tous les kilomètres ont été faits avec des moteurs qui étaient en configuration course MotoGP. »

Combien de kilomètres de test avez-vous parcourus avec Triumph ?

« Je pense que c’était plus de 12 000 km. Nous avons procédé de la manière suivante : nous avons parcouru 3000 km, puis nous avons ouvert le moteur, puis nous l’avons remonté et parcouru encore 3000 km. Puis tout a été vérifié à nouveau. Nous voulions juste assurer la stabilité. »

Entre-temps, les fabricants construisent déjà des prototypes. Kalex a déjà testé avec les moteurs Triumph.

« Oui, nous avons équipé les fabricants de châssis d’un moteur standard. Cela leur permet de s’assurer que le moteur s’insère dans le châssis.

Un tel moteur a également été fourni au nouveau venu NTS ? Outre Kalex, KTM, Tech3, Speed-up et Suter ?

« Oui, NTS en a un. Tech 3 s’est procuré un moteur. C’est à vendre.

Quand les constructeurs pourront-ils tester pour la première fois les versions de course ?

« Le moteur standard officiel pour 2019 ne sera disponible que lors d’un test IRTA officiel. Ça n’a pas encore été confirmé. Nous avons l’intention d’expédier les moteurs officiels Triumph 2019 pour tous les tests IRTA. Il y en a généralement trois. Jusqu’à présent, nous avons seulement pris en charge le dernier test. Mais parce que c’est un nouveau moteur, il sera disponible pour tous les tests IRTA de l’hiver 2019. Ce que nous faisons pour 2018, nous ne l’avons pas encore déterminé exactement. Nous devons attendre et voir comment vont les préparatifs avec l’électronique.

Les fabricants obtiennent-ils en 2018 des jours de test supplémentaires pour les prototypes Triumph ?

« Oui, ils ont dix jours de moteurs Triumph. Ceci s’ajoute aux journées d’essai privées qu’ils sont autorisés à effectuer avec Honda. Les pilotes d’essai ou les pilotes réguliers peuvent être utilisés autant que je sache. Il y a également un intérêt de la part de nouveaux fabricants de châssis Moto2 pour 2019. »

MV Agusta ? Et l’ancien designer de FTR Steve Bones ?

« Oui, et je peux imaginer que certains des nouveaux constructeurs n’ont pas les ressources pour tester autant que les fabricants de châssis Moto2 bien connus et bien établis. Bultaco nous a également contactés. »

Photo de titre © Triumph

Photos ci-dessus, à Valence fin février © Thomas Morcellino Kalex Engineering

Source : Speedweek

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :