Aleix Espargaró s’est promis une chose en 2018 : s’abonner dans le top 6. Un sacré pari pour celui qui a fini le championnat 2017 à la quinzième place avec 62 points. Par ailleurs, Aprilia se faisait griller la politesse au championnat constructeurs par KTM. Mais l’Espagnol était aussi bien seul à développer la RS-GP pendant que l’équipier Sam Lowes s’occupait à la relever du bac à graviers plus souvent qu’à son tour. En 2018, il aura Scott Redding à la place. Une vieille connaissance de son frère Pol…

Un sacré rival même, du temps de la saison 2013 de Moto2. L’Anglais avait été son principal rival pour le gain du titre. Ensuite, l’étoile de Redding a quelque peu pâti. Et c’est maintenant le grand frère dans la famille Espargaró qui va faire connaissance avec le Britannique. Avec un espoir assumé : qu’il soit rapide !

« Franchement, j’espère qu’il sera fort » avoue celui qui a terminé neuf Grands Prix sur dix-huit hors des points en 2017. « Cela peut paraître surprenant comme revendication, mais je veux qu’il soit rapide car j’ai des problèmes avec la moto lorsque le réservoir est plein lors de la première partie de la course. Et je n’arrive pas à les résoudre ».

« C’est un pilote a priori rapide et qui vient d’une excellente moto. Il s’est battu contre mon frère en Moto2. J’espère que l’on aura ce Scott Redding dans le team. Il est plus grand et plus lourd que moi. Ce sera aussi intéressant pour le développement de la RS-GP ».

Le message est passé. En attendant, après ses premiers tours de roues sur l’Aprilia, Redding a déclaré qu’il lui faudrait un peu de temps pour la comprendre. Il a fini les tests de Valence dix-neuvième à 2.042 secondes du meilleur chrono…