2016 s’achève et vivra ses derniers soubresauts du côté de Valence le 13 novembre prochain. Les enjeux majeurs ayant été attribués, les idées fusent sur ce que sera 2017. Deux intérêts majeurs : l’adaptation de Lorenzo à la Ducati et la future cohabitation chez Yamaha entre Rossi et Vinales. Un duo qui sera fatalement en duel d’après celui qui connait parfaitement les deux hommes : Davide Brivio.

Davide Brivio a longtemps suivi Rossi avant de prendre le poste de team manager chez Suzuki. Où il a fait la rencontre de Vinales. Deux ans passés ensemble sur un projet en pleine évolution, voilà qui resserre les liens. L’Italien aurait voulu garder sa perle de 21 ans pour la suite de l’aventure mais il a choisi de s’en aller rejoindre Yamaha et Rossi. Pour quelle destinée ?

Avant de se prononcer là-dessus, il fait part de ses regrets : « je suis désolé de le perdre car c’est un projet que nous avons commencé ensemble. Nous n’avons pas eu de chance avec ce marché des transferts qui a commencé très tôt et les pilotes se sont décidés en fonction des résultats de 2015. Si Maverick avait dû se déterminer aujourd’hui, les choses auraient été différentes. Mais on a fait ce que l’on a pu pour le garder ».

Donc cette future cohabitation chez Yamaha ? Le chef mécanicien de l’Espagnol pense qu’il n’y aura pas d’amitié, mais du respect mutuel : « lorsque j’ai pris Maverick, on m’a prévenu sur un caractère difficile. Mais c’est faux. Il est simplement ambitieux, il veut gagner et ne pense qu’à y arriver. Comment cela se passera avec Valentino ?  Je pense aussi bien que ça puisse se passer entre deux pilotes qui poursuivent le même objectif. Ils veulent la même chose, il y aura une rivalité forte entre eux mais ils se connaissent et se respectent mutuellement ».

Viñales parti, c’est Iannone qui prendra la suite : « comme Maverick il pourra aller loin avec Suzuki. Il court en MotoGP depuis quatre ans. Il est vainqueur de Grand Prix. Il peut faire mieux. Notre projet est entre de bonnes mains ».

Tous les articles sur : Maverick Vinales, Valentino Rossi