Cela devait être la grande question technique de cette saison. Et force est de constater qu’elle a fait pschitt. Honda, en faisant ce qu’il faut pour bannir les ailerons sur les machines de Grand Prix, déclarait à l’époque à qui voulait l’entendre que l’on n’entendrait plus parler de ces accessoires avant longtemps. De quoi renvoyer Ducati à ses chères études. Au quatrième meeting de l’année, où en sommes-nous ? Deux constructeurs n’ont pas encore homologué leur nouveau carénage. Honda et… Ducati.

Jouer avec l’aérodynamique des carénages, c’est réglementairement possible mais à deux conditions : finies les ailettes qui débordent et seulement deux évolutions dans l’année. On attendait Ducati sur le sujet. Précurseurs dans ce domaine, les rouges devaient nous montrer une imagination plus grande que la censure.

On a vu un boitier arrière qui reste un mystère et on a vu un carénage original baptisé tête de hamster. Mais pas une tête de vainqueur. Car il ne sera jamais homologué. Ducati l’a mis à la poubelle et c’est Paolo Ciabatti lui-même qui l’a annoncé sur crash.net : « le carénage vu au Qatar lors des tests et à Jerez lors d’essais privés ne sera jamais utilisé en course. Il nous fait perdre trop de vitesse de pointe. On travaille sur quelque chose de différent à présent ».

Sur un tracé de Jerez jusque-là impitoyable à la Desmosedici, Jorge Lorenzo et Andrea Dovizioso ont terminé troisième et cinquième du Grand Prix d’Espagne. Jamais une Ducati n’était montée sur le podium d’Andalousie depuis Nicky Hayden en 2011. Le tout avec une GP17 au carénage conventionnel.