L’interview accordée par Hervé Poncharal à Speedweek se suffit à elle-même.

Nous avons néanmoins vérifié auprès de l’intéressé que les propos écrits correspondaient bien à ses réponses, ce qui est le cas, même s’il précise que cette interview a eu lieu il y a maintenant une petite dizaine de jours et que, aujourd’hui, aucune piste n’est plus favorisée qu’une autre… à l’exception de Yamaha ! Et ce, malgré l’insistance du journaliste allemand souhaitant favoriser la piste KTM pour 2019 !


Hervé, vous aurez déjà des discussions avec Yamaha lors du test de Sepang fin janvier à propos d’un nouveau contrat de deux ans. Comme vous devez faire un plan B, cela pourrait-il être lié à KTM ?

« Hm, je l’ai déjà mentionné à plusieurs reprises : j’ai beaucoup de respect pour M. Pierer. J’aime les entrepreneurs, les entrepreneurs avec des visions. Je tire mon chapeau à des gens comme M. Mateschitz et M. Pierer. Chapeau ! Incroyable ! Ce que KTM a montré sur les pistes en 2017 était génial.

Mais pour l’instant, c’est à Yamaha de décider ce qu’ils veulent faire. Je disputerai ma 20ème saison avec Yamaha en 2018. J’ai prévu une réunion avec eux à Sepang. Depuis, les discussions sont ouvertes.

J’ai l’impression que Valentino n’aura pas encore d’équipe MotoGP en 2019. De plus, mon impression est de plus en plus forte que Yamaha veut nous garder. La priorité est donc pour moi d’attendre et d’entendre quelle proposition Yamaha nous fera. La situation peut changer rapidement.

Jusqu’à présent, nous avons toujours eu les machines de l’année précédente. Je vais parler à Yamaha à ce sujet. Comme Crutchlow a maintenant un contrat HRC, il obtient un grand soutien de Honda, et c’est similaire avec Danilo Petrucci chez Ducati. Nous sommes maintenant au milieu d’un contrat de deux ans, donc nous ne pouvons pas vraiment changer quoi que ce soit en ce qui concerne le matériel prévu pour mes pilotes. Mais je veux en parler à Yamaha. Nous en saurons beaucoup plus sur les projets futurs de Yamaha concernant Tech3 avant la première course au Qatar. Car même chez Yamaha, il y aura quelques changements.

Je vais écouter ce qu’ils peuvent offrir et comment ils veulent voir le prochain partenariat avec nous. Si nous sommes satisfaits de l’offre, nous la signerons. Si nous ne sommes pas heureux, nous continuerons à négocier et à ouvrir nos yeux et nos oreilles pour découvrir ce qui se passe ailleurs dans le monde. »

Si Yamaha veut garder Johann Zarco sur le long terme, ils devraient lui donner une moto d’usine dès que possible, idéalement déjà pour 2018…
« Ha, ha, vous n’avez pas besoin de me convaincre de cette idée, certainement pas. Vous devez convaincre le patron de la course Yamaha, Tsuji. »

Lin Jarvis de Yamaha affirme que le nombre idéal de pilotes MotoGP est de quatre. Mais Yamaha a également déjà équipé une deuxième équipe satellite en 2014 et 2015, Forward Racing…

« Oui. C’est quelque chose dont nous devons discuter. Dans le passé, j’ai souvent entendu de Yamaha que quatre motos étaient le maximum. Mais lors du dernier week-end de GP à Valence, j’ai beaucoup parlé à Yamaha. Alors j’ai entendu, “Eh bien, eh bien, peut-être six pourraient être possibles”. Il est peu probable, mais pas impossible, que Yamaha équipera six pilotes s’il y a un fort intérêt pour Valentino et Tech3 dans le futur. Car Ducati est une usine beaucoup plus petite, et ils ont huit motos sur le terrain. Il y avait même des moments où Yamaha avait sept ou huit machines sur le terrain. L’équipe d’usine, WCM, D’Antin et Tech3. Eh bien, c’était dans la transition des 500 cc aux MotoGP. Mais en MotoGP, ils ont déjà eu six machines pendant deux ans. »

Vous avez maintenant très brièvement contourné la réponse à la question KTM. KTM veut une équipe de clients en 2019, Tech3 et Marc VDS sont les partenaires logiques. Si Yamaha ne livrait pas pour 2019, KTM serait-il le premier point de contact ?

« Comme je l’ai dit, la priorité est de parler à Yamaha et de les écouter. S’ils me donnent un accord raisonnable et que nous sommes satisfaits, nous signerons. S’il y a un grand écart entre ce que nous attendons et ce qu’ils peuvent nous donner, alors je vais ouvrir mes yeux et mes oreilles et regarder autour du monde.

Bien sûr, vous devez garder les options ouvertes. Mais si vous voulez démarrer une collaboration avec un partenaire, l’intérêt doit être mutuel. Si vous voulez épouser Miss Monde demain et que vos avances ne sont pas partagées, alors rien n’en sortira. »

Vous avez un atout avec le patron de KTM, Stefan Pierer, qui apprécie Johann Zarco…

« Oui, mais je ne suis pas en possession de Johann Zarco. Son contrat avec moi expire après la saison 2018. Pour l’instant, je ne sais pas ce que je peux offrir à Johann Zarco pour 2018. Je voudrais continuer avec Yamaha. Mais tout est possible. »

Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco, Jonas Folger

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3