Jonathan Rea est devenu l’homme incontournable dans un championnat Superbike où il enfile les victoires et les titres comme d’autres les perles. Cette saison, il a battu le record de points marqués en une campagne soit 556 tandis qu’il a connu les joies de 24 podiums. Depuis trois ans, il a la couronne mondiale solidement posée sur sa tête. Son employeur Kawasaki est comblé mais le Nord Irlandais pas tout à fait… C’est aussi ça le charme du MotoGP !

Il faut dire qu’il y a goûté à ce MotoGP. C’était en 2012, sur la Honda officielle en lieu et place de Casey Stoner forfait. Et il ne s’en était pas si mal sorti avec une huitième place à Misano et une septième position en Aragon. A présent anobli par la reine, Rea pense à la catégorie du même rang : « on verra ce peut se passer pour 2019 et 2020. Pas mal de places en MotoGP vont se libérer. Tout comme en Superbike d’ailleurs. En ce qui me concerne, au-delà de 2018, je n’ai pas de plan encore établi ».

Ceci dit, il pose ses conditions sur Speedweek : « je n’aurais aucun intérêt à aller en MotoGP pour une écurie équipée d’une moto non compétitive. Je pense que je mérite une chance sur une moto officielle. Lorsque je suis sur la bonne moto, je peux faire du bon travail et montrer mon potentiel. On verra ce que le temps dira ».

« Le MotoGP a évidemment un œil sur moi. Mon manager est en contact. J’ai eu des opportunités mais pas dans de bonnes conditions. Ce n’était pas pour bénéficier d’un soutien officiel. Je ne veux pas être en MotoGP pour simplement y être. Je veux une bonne moto, tout simplement parce que je la mérite ».

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :