Après plusieurs mois d’interruption, nous reprenons notre habitude de vous reporter intégralement les propos de Johann Zarco, de façon brute, donc sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.

A côté de la communication parfois un peu formatée des traditionnels communiqués de presse, les échanges entre le pilote français et les journalistes dans l’hospitalité du team Monster Yamaha Tech3 sont d’une richesse et d’une simplicité que les vrais passionnés apprécieront (vous pouvez retrouver tous ses débriefings passés dans notre rubrique “Interviews“).

Il y a toujours le petit détail qui nous fait plonger chaque jour davantage en immersion dans le monde de la MotoGP…


C’est la première fois où vous passez sous les deux minutes…

Johann Zarco : « oui, je suis heureux d’être sous les deux minutes, mais aujourd’hui, cela a été difficile. Comme hier, j’ai senti que je pouvais être vraiment régulier sur la moto car nous ne dégradons pas beaucoup les pneus. C’est donc un point plutôt positif pour préparer certaines courses mais je pense que nous sommes très réguliers mais pas assez rapides. Nous avons rencontré ce type de problèmes durant toute la journée. Nous avons essayé de changer les choses sur la moto, et d’une certaine façon, je suis très confiant, mais d’une autre je n’ai pas complètement bien ressenti tout ce que nous avons changé. Cela rend donc le travail un peu plus difficile, et quand il a été nécessaire d’attaquer à la fin avec le pneu tendre et une moto légère, je ne m’attendais pas à être sous les deux minutes. Cela est positif et cela m’a d’abord apporté un sourire, ainsi qu’à l’équipe. Cela veut dire que nous avons un certain potentiel à utiliser et à comprendre, car nous prenons bien les virages mais nous n’attaquons pas encore assez avec l’avant. »

Quel châssis avez-vous utilisé ?

« Le 2017. Comme celui que j’avais testé à Valence en novembre et que j’ai aussi testé ici en novembre lors des essais privés Yamaha. J’ai décidé de travailler dessus, au moins pour ces premiers essais officiels. Oui, je suis toujours sur le 2017. »

Pouvez-vous changer d’avis ?

« Ça, je ne le sais pas encore. Je pense que si je n’avais pas fait moins de deux minutes, alors peut-être que j’aurais pris le 2016. Mais je ne suis pas si loin de ce que j’ai fait en octobre, donc cela veut dire qu’il y a des choses à essayer, et Yamaha nous donne encore le choix de changer. Donc je verrai. C’est seulement le premier test officiel, et ici, je suis heureux de voir que je suis compétitif et de me sentir à l’aise sur la moto. Je peux donner des informations, mais après, si nous ne sommes pas en mesure d’exploiter ce potentiel, peut-être que l’on pensera à changer. »

En quoi ce châssis est différent ?

« Il n’est pas très différent et c’est pourquoi c’est compliqué à dire. Est-ce le châssis ? Est-ce le pilote ? Est-ce les conditions de piste ? Est-ce les pneus ? Les mécaniciens de course ont vraiment beaucoup d’informations à contrôler…
Il n’y a donc pas beaucoup de différence, et c’est la raison pour laquelle nous voulons essayer, et c’est aussi la raison pour laquelle les pilotes d’usine ont également voulu essayer l’année dernière. Et je pense cette année également, ils cherchent encore. »

N’est-ce pas un peu étrange que Rossi et Vinales n’aient pas du tout aimé ce châssis, et que vous soyez rapide avec ?

« Aujourd’hui, je me suis arrêté une demie-heure avant la fin des essais, et avant que la température soit plus basse, donc je pense que je ne serai pas en haut du classement aujourd’hui (ndlr : débriefing réalisé avant la fin de séance). Si je suis toujours dans le Top 5, c’est très bien, mais nous avons pu voir que beaucoup de pilotes pouvaient être sous les deux minutes et peut-être même en dessous des 1’59.5. Nous sommes là et le principal est de rester calme et de comprendre ce que nous faisons pour préparer la saison, car nous avons maintenant le choix des motos, l’équipe pour faire des bons résultats, et le pilote. Donc gardons notre calme et prenons la bonne décision avant le Qatar. »

Hier vous avez dit que vous n’étiez pas assez rapide, mais vous avez été plus rapide aujourd’hui…

« C’est pourquoi je suis plutôt heureux. Hier, j’ai dit que nous étions très réguliers mais pas assez rapides, et aujourd’hui cela a été le même problème. Puis, dans les dernières minutes où j’ai roulé, nous avons trouvé de la vitesse. Donc si nous pouvons la garder, ce sera bon. »

Globalement, tu es plutôt content ?

« Oui, oui, plutôt content, surtout de ce chrono à la fin car je n’espérais pas aussi bien. J’ai des sensations encore un petit peu difficiles, avec toujours le même schéma : une moto avec laquelle on peut faire énormément de tours sur le pneu car il ne se dégrade plus comme avant. Et c’est quelque chose que l’on recherche, mais quand le pilote n’arrive pas à aller aussi vite que les autres, ou quand on met un pneu neuf, ne pas réussir à faire une grande différence, c’est plus difficile à comprendre. Cet après-midi, ça a marché et ça nous permet de voir encore d’autres choses. On verra à la fin si j’ai beaucoup rétrogradé au classement mais je suis content de ce que j’ai fait maintenant. Ce qui est rassurant, c’est que le pilote est dans le coup, et au moins, quand je ressens quelque chose et que je le dis à l’équipe, les informations sont bonnes. Ça, c’est le plus important. »

A un moment de la journée, tu as pas mal tourné en rond dans le box. Vous avez changé des choses importantes sur la moto ?

« Pas tellement, c’était plus par économie d’énergie. Hier, j’ai fait beaucoup de tours, et là, pour ne pas me mettre le doute en roulant sans que ça vienne, j’ai préféré souffler et m’allonger un peu pour toujours garder un bon raisonnement. »

Vous avez progressé, concernant le moteur ?

« C’est dur à dire sur le ressenti, mais on voit qu’on a pris au moins 5 km/h, ce qui est pas rien. »

À l’issue d’une journée comme ça, tu as la pression d’avoir progressé en pilotage ou tu es toujours resté très concentré sur la machine ?

« Le simple résultat du chrono prouve que j’ai la vitesse, et donc que je n’ai pas besoin de me mettre en doute si j’ai des difficultés. C’est plus comme ça qu’il faut le voir. »

MotoGP #SepangTest J.2 : Chronos

1. Maverick Viñales, Yamaha, 1:59,355 min
2. Valentino Rossi, Yamaha, +0,035 sec
3. Cal Crutchlow, Honda, +0,088
4. Jorge Lorenzo, Ducati, +0,143
5. Jack Miller, Ducati, +0,154
6. Johann Zarco, Yamaha, +0,347
7. Marc Márquez, Honda, +0,375
8. Andrea Dovizioso, Ducati, +0,377
9. Danilo Petrucci, Ducati, +0,392
10. Andrea Iannone, Suzuki, +0,562
11. Aleix Espargaró, Aprilia, +0,570
12. Dani Pedrosa, Honda, +0,644
13. Alex Rins, Suzuki, +0,687
14. Pol Espargaró, KTM, +0,907
15. Tito Rabat, Ducati, +1,151
16. Bradley Smith, KTM, +1,165
17. Franco Morbidelli, Honda, +1,307
18. Mika Kallio, KTM, +1,346
19. Álvaro Bautista, Ducati, +1,373
20. Karel Abraham, Ducati, +1,559
21. Takaaki Nakagami, Honda, +1,597
22. Sylvain Guintoli, Suzuki, +2,037
23. Scott Redding, Aprilia, +2,101
24. Yonny Hernandez, Yamaha, +2,199
25. Xavier Siméon, Ducati, +2,334
26. Tom Lüthi, Honda, +2,455