La rentrée a fait mal aux troupes officielles Yamaha. Brno a été un échec dans le domaine de la stratégie face à des conditions de course particulières tandis que le Red Bull Ring a montré que les faiblesses techniques étaient toujours d’actualité. Pendant ce temps, Ducati se renforce et Honda monte en puissance. Logique, donc que tant Valentino Rossi que Maverick Viñales restent à quai. Qui plus est, les pilotes satellites de chez Tech3 leur taillent des croupières. Alors le Doctor sort du bois et interpelle la maison mère au Japon…

Et pour cause : ce n’est évidemment pas sur un tel rythme qu’un pilote équipé d’une M1 sera sacré cette année. Viñales a fait part de ses récriminations et demandé que l’on arrête de lui changer son châssis. Et qu’en dit Valentino Rossi ? « Ce n’est pas très avisé d’imaginer que vous pouvez gagner un championnat lorsque vous terminez seulement septième » diagnostique froidement le Doctor. « Avant de penser à un titre, il faut résoudre les problèmes et commencer à être compétitif ».

On le voit, l’Autriche a laissé des traces : « Zarco est content parce qu’il m’a battu et qu’il a fini devant Maverick Viñales. Mais en ce qui me concerne, je ne suis pas du genre à me satisfaire d’une cinquième place. J’ai fait la première partie de la course avec une Honda et une Ducati et l’autre moitié avec les deux autres Yamaha. J’ai bien vu où étaient nos difficultés. Nous avons beaucoup plus de mal que les autres à l’accélération lorsque les pneus sont usés ».

Et Vale termine : « nous avons fait ce qu’il faut dans le box et on n’a pas résolu nos problèmes. Nous ne sommes pas en cause. Il nous faut en fait une aide venue du Japon ». Sera-t-elle constatée lors des tests de Misano à venir. Nous verrons. La prochaine étape du championnat, quant à elle, sera Silverstone : « A Brno, j’ai manqué une occasion de monter sur le podium à cause de notre stratégie. Silverstone se rapprochera de Brno et peut-être que notre moto y sera rapide ».

Valentino Rossi est quatrième au général provisoire à 33 points du leader Marc Márquez.