Valentino Rossi a terminé troisième d’un Grand Prix du Qatar qui ne s’annonçait guère sous les meilleurs auspices pour les troupes Yamaha. Mais le Doctor a trouvé la potion magique pour tenir son rang le dimanche. Une aubaine. Pour autant, Vale ne lâche pas la pression sur les hommes d’Iwata. La M1 souffre d’un retard certain sur ses rivales en ce qui concerne la gestion électronique par la faute d’une sous-estimation du sujet. En Rossi dans le texte.

Le Grand Prix d’Argentine approche et il sera un nouveau défi pour des troupes Yamaha en délicatesse avec l’usure de leurs gommes. Michelin n’y est pas pour grand-chose. En revanche, les ingénieurs d’Iwata sont pointés du doigt, incapables de dresser aussi bien que les autres les puces savantes concentrées dans le boitier unique de Magneti Marelli.

Une carence que l’homme de Tavullia rappelle sur Autosport : « ce que Ducati et Honda ont fait, c’est de consacrer plus d’argent, de temps et de personnes sur l’électronique que Yamaha. Et c’est maintenant notre point faible. Il faut que Yamaha prenne la mesure de cette situation et réagisse au plus vite. On a compris certains paramètres, mais on reste derrière les autres ».

« Pour sortir de cette situation, il faut des groupes de travail et en tirer le maximum. Sans doute que Yamaha a fait une erreur dans l’évaluation du sujet. Il y aura des tracés où l’on souffrira beaucoup de notre pneu arrière et d’autres où il faudra travailler dur. Mais je pense qu’avec notre moto 2018, on souffrira moins que l’an dernier ».

Un discours vérité que Yamaha entendra encore jusqu’au moins fin 2020, puisque Vale a renouvelé son bail avec la marque au diapason.

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP