Le titre est certes violent, mais il résume assez bien l’interview accordée par Davide Brivio à Eurosport durant les essais de ce TT Assen.

Bien sûr, ce n’est pas dit comme cela et le responsable du team MotoGP commence par encenser le champion du monde Moto2 en titre, expliquant que l’idée initiale était de créer un team satellite et que notre Johann national y aurait eu sa place toute trouvée.

Mais de team satellite, les dirigeants d’Hamamatsu n’ont point voulu et il a bien fallu choisir entre Zarco et Rins, pour seconder Andrea Iannone sur la GSX-RR officielle.

L’essai de cette dernière au Japon était planifié depuis longtemps et même s’il s’est très bien passé (Johann Zarco y a vraiment impressionné les Japonais, selon nos sources au pays du soleil levant), il est probable que la décision aussi, même si le pilote français voulait encore y croire.

Vanessa Guerra, la journaliste d’Eurosport, ne s’en est donc pas laissée compter et a demandé à Davide Brivio quel avait été le critère décisif de ce choix.

La réponse est sans mystère: “L’âge n’a pas été en faveur de Johann. Alex à 20 ans, Johann 26, et si l’on se projette dans les 3 prochaines années, Rins a plus de potentiel.”

Il ne reste donc plus à Johann Zarco qu’à signer avec l’équipe Yamaha Tech3, une fois les détails contractuels réglés, ce qui apparaît d’ailleurs à nos yeux comme une excellente solution, son style de pilotage étant exactement ce dont la M1 a besoin pour performer.

Quant à savoir si Suzuki a eu raison, la réponse est difficile car, d’une part, un titre de champion du monde Moto2 ne fait pas tout (demandez à Rabat), mais d’autre part, l’âge non plus (sans aucunement le dénigrer, Miller a quand même attendu un an et demi, et les conditions très atypiques d’aujourd’hui pour vraiment se mettre en valeur)…

D’un côté, la mode du jeunisme, de l’autre, l’exemple d’un certain Valentino Rossi…

Et vous, qu’en pensez-vous?

Tous les articles sur : Johann Zarco