Les deux pilotes français les mieux placés aux essais du Grand Prix du Qatar ont subi des désillusions en course.

Si, pour Johann Zarco, cela s’est joué quelques fractions de seconde avant même l’extinction des feux rouges, les choses semblent plus mystérieuses concernant Fabio Quartararo.

Qualifié en première ligne après la pénalité infligée à Brad Binder, le pilote Leopard a légèrement élargi au premier virage ce dont ont profité le pilote Sud-Africain, ainsi que Enea Bastianini et Jorge Navarro, pour passer. Puis le groupe de tête s’est très progressivement détaché et le pilote français n’a pas été en mesure de suivre la rythme, devant concéder des positions en seconde partie de course à Nicolo Bulega, Phillip Oettl, Jakub Kornfeil, Jules Danilo et son propre coéquipier, Joan Mir, pour terminer à une très frustrante 13ème place.

Après son brillant début de weekend, c’est enfoncer des porte ouvertes que d’écrire que le pilote Leopard soufrait visiblement d’un problème mais c’est une tâche ardue que d’essayer de savoir lequel.

Son communiqué de presse est en effet très laconique: “cela a été une course très compliquée. Je ne m’attendais à une telle conclusion donc nous devrons travailler plus dur lors de la prochaine manche. J’oublie cette course et tourne mon regard vers l’Argentine.”

En lisant entre les lignes de cette déclaration très professionnelle, (Fabio Quartararo a vite compris les règles du métier et ne dira jamais du mal de quoi que ce soit), on perçoit que le problème provenait peut-être de la mise au point de sa moto.

Cette hypothèse semble en tout cas confirmée par plusieurs personnes présentes sur place, qui ont vu le #20 faire de grands gestes directement après la course, semblant incriminer son train avant.

Quoi qu’il en soit, “ce n’est que partie remise”, comme on dit dans ces cas-là.
Le pilote français attend sans nul doute l’Argentine avec impatience…

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Leopard Racing