Jorge Lorenzo était arrivé sur le Sachsenring avec l’espoir de renverser une situation qui lui promettait un week-end compliqué. Sur un tracé où les Honda se taillent généralement la part du lion et qu’il n’a jamais dominé, Por Fuera pariait sur la nouvelle donne électronique et un pneu avant asymétrique Michelin pour faire enfin coutume avec le Grand Prix d’Allemagne. Mais il est tombé de haut.

Lorenzo a même chuté dans la vertigineuse descente du virage 11. Dès le matin, le triple Champion du Monde Yamaha avait un genou à terre, une main douloureuse et pas loin de se prendre une Aprilia sur le dos puisque, dans le même temps, Bradl partait aussi à la faute. De quoi avoir des maux de tête. Rassuré sur l’état de sa main, l’équipier d’un Rossi qui ne sera pas mieux loti a connu une après-midi d’enfer. En manque de sensations, il a sombré avec toute la maison Yamaha pour se retrouver ce soir seizième à 1.5s  d’un Viñales leader sur sa Suzuki.

Une conjoncture qui n’est certainement pas celle qui était souhaitée par celui qui doit faire son retard sur Márquez au championnat et qui tient à partir en vacances, dimanche, avec un moral au beau fixe. Un optimisme qui n’a pas été à l’ordre du jour de ce vendredi pluvieux : « pour le moment, nous ne sommes pas du tout compétitifs. Nous ne sommes pas plus bons sur les freinages qu’au point de corde car l’électronique réagit brutalement avec cette adhérence précaire. Du coup, à l’accélération, nous n’avons aucune motricité. Résultat : nous sommes à 1.5s du meilleur temps ».

Pour le coup, le pneu avant espéré comme sauveur s’est montré traître : « les conditions de piste assez fraîches ont rendu ce pneu trio dur, même dans son option à gomme le plus tendre. Concernant ma chute, je suis arrivé avec 20 km/h de moins que l’année dernière en prenant bien moins d’angle et je suis quand même tombé. Dans tous les autres virages, il faut rester prudent »

Il poursuit : « cette journée n’a pas été bonne pour les Yamaha qui souffre dans ces conditions. Il n’y a aucune Yamaha dans le top 10. J’ai souffert encore un plus que les autres pilotes en M1 car après la chute de ce matin, c’était compliqué d’attaquer et d’avoir confiance dans la moto ».  Une appréciation qui n’est pas anodine dans la bouche d’un Por Fuera qui marche au moral. Mais il se veut rassurant : « Je suis sûr que si nous retrouvons l’équilibre des Grands Prix au Mans et au Mugello, je serai à nouveau rapide. Aujourd’hui a juste été une combinaison de mauvais facteurs qui m’ont ralenti ». On rappellera que l’Espagnol a essayé une M1 avec un réservoir arrière. Un clapotis positif dans un océan de problèmes qui n’a pu être évalué à sa juste valeur.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo