Bien que connu du monde des paddocks, Alberto Puig reste une personnalité à part dans le monde des Grands-Prix. À la fois bon pilote, découvreur de talent ou manager Honda Repsol, focus sur un homme qui pèse lourd. Très lourd.

Né en 1967, la carrière professionnelle d’Alberto débute timidement. Ce dernier réalise quelques piges vingt ans plus tard, avant d’intégrer la formation Nieto en 250cc, sans plus de succès. L’aventure se poursuit pendant trois ans chez Yamaha, avant de rejoindre Aprilia.

Le pilote Espagnol trouve en la machine italienne le bon compromis, et engrange une deuxième place prometteuse lors du Grand Prix de Malaisie 1992 sur le circuit de Shah Alam. Ce dernier continue sa saison solide, restant constamment dans le top 10. Malgré une belle troisième place obtenue en Hongrie, ça ne suffit pas. Sixième place au championnat, à l’année prochaine.

 

 

 

Puig en 1993 sur Honda au Grand Prix du Japon. Photo : Rikita

 

 

Sito Pons le prend sous son aile, et lui propose d’évoluer sur la Honda NSR250. C’est à ce moment que Puig entretient des rapports privilégiés avec les décisionnaires Honda, et bénéficie de la montée en puissance de l’Espagne dans les paddocks. La structure de Sito Pons avait débutée en Grand Prix en 1992, avec Álex Crivillé au guidon.

Malheureusement, il ne termine le championnat que neuvième : jusqu’ici, une carrière plutôt banale. Mais le passage en 500, toujours chez Pons, est meilleur. En 1994, il monte toujours et encore, terminant toutes les courses de la saison dans les huit premiers. Une cinquième place encourageante, qui ouvre le champ des possibles pour l’année 1995.

Et ça ne manque pas. Dès les premières joutes, il tient la dragée haute aux Kevin Schwantz et autres Alex Barros. La consécration arrive lors du Grand Prix d’Espagne 1995, à Jerez. Mick Doohan ne profite pas de sa pole position, et laisse le champ libre à un Puig déchaîné.

Ce dernier enfile les tours rapides, et remporte la première course de sa carrière devant son public, collant cinq secondes pleines à Cadalora. Il est d’ailleurs le premier Espagnol à triompher à domicile au plus haut niveau. Une victoire pour l’histoire.

La saison se poursuit, deux podiums et puis plus rien. Alors en troisième place du championnat, ce dernier se prend un volume monstre aux essais du Grand Prix de France : jambe gauche cassée. Il tente un retour en 1996, ponctué par un podium au Castellet, mais sans plus. Il décide de prendre sa retraite sportive en 1997. Cette blessure nous gâcha peut être d’un grand talent, mais telle est la dure loi du sport.

 

 

Au top de sa forme, Alberto pouvait rivaliser avec les tout meilleurs. Ici en compagnie de Mick Doohan et d’Alex Crivillé à Assen en 1995. Photo : Box Repsol

 

La seconde carrière d’Alberto est sans doute plus belle. Travaillant pour la formation espagnole, il apporte son soutien et son expérience à un certain Dani Pedrosa au tout début des années 2000. Ce dernier réussit à prendre trois titres, et donne toujours plus de légitimité à Puig. C’est aussi lui qui canalisa, avec Lucio Cecchinello le fougueux prodige Casey Stoner.

Il fait partie des rares a savoir repérer le talent brut, et à le modeler pour l’amener au maximum de sa capacité. La légende australienne, d’ailleurs, ne tarit jamais d’éloge pour le mentor espagnol.

C’est donc tout naturellement que ce précurseur, ce professeur de la ‘génération dorée’ espagnole accède à des postes prestigieux ; il est aujourd’hui manager de l’équipe Repsol Honda. Son franc-parler lui vaut souvent quelques critiques, mais il ne faut pas omettre l’importance de cette homme dans le paysage moto du XXIe siècle.

 

Photos de couverture : Box Repsol



Tous les articles sur les Pilotes : Casey Stoner, Dani Pedrosa, Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team