Glaciale. Tel est sans doute l’adjectif qui caractériserait le mieux cette conférence de presse pré-événement à Termas de Rio Hondo. Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Marc Marquez, Andrea Dovizioso et Yonny Hernandez, seul représentant sud-américain de la catégorie MotoGP, y étaient les invités.

Ambiance pesante, donc, entre un Valentino Rossi qui attend la dernière seconde avant de rentrer dans la salle de presse pour ne saluer personne sauf Dovizioso et Hernandez, un Marc Marquez visiblement fatigué par son voyage de 60 heures, comme en témoignent son regard dans le vide et ses bâillements, et entre un Jorge Lorenzo sûr de lui et arborant un léger sourire narquois pendant les propos de son coéquipier.

Au final, qu’à-t-on appris, à part que certains journalistes aiment bien revenir encore et encore et toujours sur les incidents de la saison passée entre Valentino Rossi et Marc Marquez?

– Que Lorenzo prendra sa décision concernant la suite de sa carrière lors des prochaines semaines, mais pas avant Austin…
– Qu’il ne comprend pas pourquoi le public le siffle, à part qu’il bat un pilote…
– Que Marc Marquez s’accoutume de ces sifflements…
– Que les deux n’éprouvent pas de sentiment d’insécurité, contrairement à ce que certain médias avaient avancé…
– Que Marc Marquez a seulement eu peur quand un des avions qu’il a pris pour venir en Argentine a perdu un de ses moteurs…
– Que, dixit Dovizioso, Casey Stoner ne veut pas se contenter de la GP15 du team Pramac pour faire une wildcard…
– Que Pol Espargaro aime le football et aimerait rester chez Yamaha…
Et que tous vont faire de leur mieux pour essayer de gagner la course dimanche!

Dans ces conditions, nous ne jugeons pas indispensable de vous proposer la traduction intégrale des propos des pilotes présents, et ce, contrairement à notre habitude, mais seulement les quelques extraits suivants.

La parole a d’abord été donnée à Jorge Lorenzo. Le Majorquin arrive en position en de force en Argentine : Champion en titre et leader au classement provisoire, “Le premier Grand Prix était précédé du test. Ici, il faudra trouver rapidement le rythme.

À noter que le tracé de Termas de Rio Hondo fait partie des 5 tracés inscrits au calendrier sur lequel le Majorquin n’a jamais gagné en catégorie reine.

C’est vers le Champion en titre que tous les regards se tournent pour la “Silly Season” (transferts 2017). S’il dispose d’une offre pour une durée limitée de la part de Yamaha sur la table, Lorenzo semble être au coeur des convoitises de Ducati dont l’offre est estimée à plusieurs millions d’euros, “Pour le moment, je veux garder ça privé pour mes proches. Nous devons nous concentrer sur ces deux premières courses et nous déciderons dans les prochaines semaines.

Valentino Rossi a échoué au pied du podium au Qatar. Le nonuple champion du monde ne cache pas sa déception, “J’étais content de pouvoir rester avec le groupe de tête, mais mon objectif était de monter sur le podium,” raconte l’italien. “J’apprécie ce tracé et j’ai fait un bon résultat l’an passé, mais cette saison, beaucoup de pilotes vont très vite. Ma prolongation avec Yamaha me permet de me concentrer uniquement sur les courses.” Il est revenu brièvement sur l’incident de la saison dernière avec Marquez, “C’est dommage qu’il soit tombé, nous aurions pu nous battre jusqu’à la fin.”

Andrea Dovizioso est monté sur le podium pour la 30e fois de sa carrière au Qatar, un podium de moins que Freddy Spencer. Au guidon de la puissante nouvelle D16 GP, l’Italien a montré qu’il fallait compter sur la firme de Borgo Panigale, “Nous avons fait un bon résultat au Qatar. Nous avons concrétisé les tests hivernaux. Pour l’Argentine, je ne veux pas me concentrer uniquement sur le résultat. Nous avons un bon package pour faire de bons résultats.”

Après des essais hivernaux difficiles, Marc Marquez est parvenu à monter sur le podium au Qatar. En montant sur la troisième marche du podium, il a franchi le cap des 2000 points, “Après 60 heures de voyage, je suis impatient de rouler et de confirmer mon feeling du Qatar,” explique l’Espagnol. “Nous ne sommes pas encore à 100%, mais nous savons ce sur quoi travailler.

Pol Espargaro a terminé 7e au Qatar et meilleur représentant de l’équipe Yamaha Tech3, “Nous étions tous nerveux au Qatar,” explique-t-il. “Je n’ai pas vraiment bien commencé, mais il était important de marquer des points. Ducati avait testé le nouveau logiciel, donc nous avons besoin de temps pour le comprendre.

Après la signature de son coéquipier Bradley Smith pour deux saisons avec KTM, l’Espagnol conserve ses chances de rester au sein de l’équipe d’Hervé Poncharal, “Mon contrat se termine en fin de saison, mais il est encore trop tôt pour en parler.

Yonny Hernandez, unique représentant sud-américain de la catégorie, roule au guidon d’une Ducati GP14.2 aux couleurs de l’équipe, “Pour moi, c’est un peu comme rouler à domicile,” confie-t-il. “C’est incroyable de représenter mon pays ici.” Victime d’un problème mécanique la saison dernière (et d’un pneu éclaté), le Colombien espère briller devant son public.

Un question a été posée sur l’importance du pilote avec l’utilisation du logiciel unique. Lorenzo répond, “C’est important, d’autant plus avec moins d’électronique. Tout monde est régulier.” De son coté, Marquez répond, “Avec un bon compromis moto et équipe, la dernière différence reste le pilote.

Interrogés sur les huées qui se font entendre lors des cérémonies de podiums, Marquez ne semble pas affecté, “Si c’est contre moi, évidemment, je n’aime pas. Cela dit, je ne suis pas idiot et je sais que ça continuera cette saison. Nous risquons nos vies.” Pour Lorenzo, la réponse est simple, “Je ne comprends pas, j’ai roulé plus vite et battu des pilotes. Nous risquons notre vie.” De son côté, Rossi botte en touche avec une réponse laconique, “Je ne sais pas.” Exactement la même réponse à la question de savoir si l’incident de la saison dernière en Argentine avait changé ses relations avec Marquez.

Une conférence de presse à vite oublier…

Crédit photo : Box Repsol