Ce rendez-vous à Termas, Jorge Lorenzo pouvait le redouter. Jamais le tracé argentin ne lui a fait une fleur dans sa carrière. Mais avec une Honda qui, au contraire, aime l’Argentine, il espérait être cette fois épargné. Il n’en a rien été. A l’image d’une course semée d’embûches, tout de même terminée avec un rang de mieux qu’au Qatar. Ce qui veut dire la douzième place.

Une consolation pour Por Fuera qui a vécu selon sa propre évaluation, un cauchemar durant 25 tours… Qui a commencé dès l’extinction des feux… « J’ai accidentellement enclenché le limiteur de régime pour les stands, et la moto n’a donc pas bougé », a expliqué Lorenzo. « Je n’ai pas compris au début ce qui se passait. J’ai été dépassé par tout le monde et j’étais dernier ».

Mais les ennuis ne faisaient que commencer… « Quand je suis parti, j’avais peu de grip. J’ai aussi eu un souci d’adhérence avec la poignée gauche qui a altéré ma confiance ». Enfin, il y a eu le cas Abraham… « Nous nous sommes battus pour la vingtième position et on avait parcouru sept tours. Mais il se comportait comme si c’était le dernier virage du dernier tour.  J’ai à peine évité la chute, et j’en ai parlé à la direction de course, car il s’agissait d’une attitude illogique ».

Il termine : « C’était une course fatigante et la piste n’était pas en bon état après la course Moto2, Mais j’ai pu rattraper certaines positions. C’était comme un cauchemar. A la fin,  j’ai aussi eu de la chance, Viñales et Morbidelli se sont accrochés et j’ai pu prendre quelques points de plus. Néanmoins, le week-end de course a été une déception ».

Et pour cause : Marc Márquez, son équipier, a réalisé un feu d’artifice de tours rapides et a terminé 27 secondes devant Lorenzo. Le meilleur tour de Márquez (1’39.426 min) a été une seconde plus rapide que celui de Lorenzo (1’40.487 min).

Cependant, il y a matière à espérer : « nous avons essayé quelque chose de nouveau et cela a amélioré considérablement ma sensation sur la Honda. J’étais plus rapide de 0,3 à 0,5 seconde. Cependant, à cause des circonstances, je n’ai pas été capable d’exploiter le potentiel de la course », a déclaré le Majorquin frustré. « Cela peut sembler une excuse. Mais ce n’est pas le cas. La 12ème place n’est pas une bonne position, mais nous devons regarder devant nous. Tôt ou tard, nous aurons de la chance ».

Argentine, MotoGP J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team