C’est un des faits majeurs de cette seconde journée mouvementée du Grand Prix des Amériques. Andrea Dovizioso, qui joue le championnat face à Marc Márquez, devait passer le cap d’Austin avec le minimum de dégâts avant de se projeter sur la suite de la saison. Mais il a vécu, lors du samedi dévolu aux qualifications, le pire des scénarios. Il est reste planté en Q1, qui plus est à cause de son équipier qui l’a battu sur le fil. Chez Ducati, la déception n’est pas feinte. On en a même oublié la quatrième place de Jack Miller…

Petrux qui devait couvrir son leader lui a au contraire coupé l’herbe sous le pied. Mais à son corps défendant. Tout à son effort pour rejoindre la Q2 avec son équipier, il a fait mieux que ce dernier. Mais entre-temps, Lorenzo s’était approprié la meilleure performance. Le calcul est simple : DesmoDovi s’est retrouvé troisième et ainsi premier éliminé.

Un verdict qui a tétanisé les chemises rouges qui s’étaient présentés dans cette saison comme le team assuré de la meilleure stratégie d’équipe. Celui qui a pris sa tête entre ses mains en regardant la feuille des temps, en l’occurrence Davide Tardozzi, rappelle les conséquences de cette conclusion : « être avec les deux pilotes en Q1 n’était pas une bonne chose, car pour atteindre la Q2, ils devaient tous les deux passer ce cap contre plusieurs pilotes très rapides. Ne pas passer en Q2, surtout pour Andrea Dovizioso et le championnat, pourrait être assez lourd de conséquence. Surtout dans les premiers tours, où il pourrait être difficile de dépasser pendant que les trois premiers seraient déjà très loin ».

Tout est dit…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team