La nuit du grand Nord tombe, nous survolons les derniers morceaux blancs de la banquise pour pénétrer le ciel de l’extrême nord-est canadien. Dans 6 heures, ce sera le printemps floridien…

La Floride en mars dans Paddock-GP ? Pourquoi, ou plutôt pourquoi pas ?

Parce que si le site Paddock-GP se concentrera à plus de 90% sur le pinacle des courses motos de vitesse, à savoir les Grands Prix, ce serait avoir des œillères que de ne pas observer et reporter les autres expériences intéressantes concernant des francophones, qu’ils soient jeunes en devenir, ou plus expérimentés mais également rookies dans une nouvelle aventure…

C’est donc le cas aujourd’hui avec celle entreprise par un pilote français aux Daytona 200. La course mythique qui a révélé au monde les Roberts, Spencer et autres Schwantz, Lawson ou Rainey avant qu’ils viennent dominer les Grands Prix en Europe et ailleurs.

2016 verra la 75ème édition de cette course née sur la plage de sable fin et dur à marée basse puis qui a migré sur ce qui est devenu le plus fameux circuit américain avec Indianapolis.

L’Amérique s’est un peu endormie sur ses vieux lauriers depuis la génération des Lawson, Nicky Hayden a même quitté le MotoGP cette année, mais les 200 Miles de Daytona restent la plus grande course américaine, alors pourquoi un français ne viendrait-il pas y goûter et pourquoi pas montrer aux américains ce qu’il faut faire comme l’avait fait en son temps Patrick Pons, vainqueur en 1980 ?

Ce français d’aujourd’hui est Cédric Tangre, le champion Supersport français en titre. Il n’y a jamais couru et sa tâche sera ardue car Daytona 200 est une course à nulle autre pareille.

Un pilote, une moto, 320 km, 2 ravitaillements, 2 changements de pneus, 260 000 dollars de prix. Bref, une grande et longue course de vitesse de 1h50 ! Mais pas que…

Le tracé est unique en son genre. Il est fait d’une part d’un anneau aux virages relevés de 32 degrés emprunté sur ses deux tiers et d’autre part d’un circuit intérieur plus classique. Les motos sont à fond absolu sur l’anneau, le banking, les tacticiens de l’aspiration en groupe y sont les rois.

Scott Russell, multiple vainqueur de cette course et accessoirement champion du monde de Superbike, appelé Mister Daytona, a beau expliquer aux rookies qui veulent bien l’écouter comment il faut faire, Cédric sait bien que rien ne vaut l’expérience ici car la partie intérieure, l’Infield, n’est pas assez sélective pour y faire la différence au pilotage.

Il nous donnera au fur et à mesure ses impressions, les difficultés qu’il rencontre et comment il les résoudt une par une.

Et comme vous savez que l’aspiration sur le célèbre banking est la clé de cette course, vous comprenez bien que la moto y est très importante. Son moteur, bien entendu, et aussi les suspensions qui sont enfoncées de 80% à pleine charge sur l’anneau relevé mais qui doivent travailler correctement dans l’Infield aussi.

Un compromis impossible à trouver qui oblige le pilote à s’adapter au banking, ce qui renforce l’avantage des spécialistes de cet exercice.

Cédric prendra connaissance avec sa monture dès mercredi soir pour régler sa position sur sa moto avant les premiers essais libres jeudi matin et aura jusqu’à samedi 13h30, heure de départ de la course, pour en tirer le maximum.

Champion de France sur une Suzuki 600 GSXR, il ne sera pas complètement dépaysé car il disposera aussi d’une Suzuki 600 GSXR et pas n’importe laquelle puisque que c’est purement et simplement celle qui a gagné l’an passé dans les mains de Dany Eslick, déjà trois fois vainqueur ici dont des deux dernières éditions. Un client !

Et oui, Cédric Tangre est pilote TOBC, team vainqueur en 2015 de Daytona 200 et qui est aussi un des meilleurs teams du championnat américain AMA/MotoAmerica car il est vice-champion 1000 Superstock en titre juste derrière la Yamaha officielle. Chose à noter, le propriétaire de ce team est une femme, Michelle Lindsay, passionnée et très impliquée.

Pour corser le tout, le coéquipier de Cédric sera ce fameux Dany Eslick mais qui sera sur une Yamaha R6 car TOBC est un team support Yamaha cette année. Encore une particularité locale, aligner deux pilotes de pointe sur deux motos différentes dans un même team. Pas courant !

Nous vous ferons vivre cette aventure de l’intérieur avec des présentations et interviews des hommes et femmes clés, des motos, des spectateurs et du déroulement des essais et de la course… sans oublier un petit clin d’œil à la Bike Week de Daytona Beach, cette fête culte de la moto en tout genre qui réunit 500 000 bikers sur 10 jours.

A très bientôt…

Photo : Daytona Beach en 1957. Une partie du rêve…



Tous les articles sur les Pilotes : Cédric Tangre

Tous les articles sur les Teams : TOBC