Beaucoup de choses vont changer l’année prochaine pour Fred Corminboeuf, le patron de l’équipe CarXpert Interwetten Moto2, dont le remplacement de Tom Lüthi par Sam Lowes, et celui de Kalex par KTM. Fred s’est confié à Neil Morrison du site Crash.net, et voici quelques extraits de cet entretien.

Est-ce que ça a été une décision facile de signer Sam Lowes pour 2018 quand vous avez su qu’il était disponible ?

« Bien sûr. Nous allons bien ensemble. C’est un homme fort. C’est un sportif. C’est un combattant et j’aime ça. Je suis un combattant et j’aime les gens qui se battent pour le résultat. Il était évident, si nous en avions l’opportunité, de mettre ce gars dans mon équipe. Après la première réunion, de mon côté, et je pense aussi de son côté, il était heureux de collaborer avec nous. »

Le titre mondial est-il le but?

« Exactement. C’est la cible. C’est l’objectif. On ne sait jamais. Quelque chose peut arriver, les rookies arrivent si fort … Mais il sera l’un des favoris de la Moto2 l’année prochaine et il devrait être à l’avant, toujours. C’est tout. C’est l’objectif. OK, parfois nous pourrions finir P5 si cela signifie que nous menons le championnat. Mais le but est le championnat. C’est sûr. Sam est prêt pour ça. Je pense qu’il a également pris beaucoup d’expérience cette année en MotoGP. L’année dernière, il était très rapide en Moto2, mais peut-être un peu trop fou. Mais je suis sûr qu’il a déjà changé. C’est un homme vraiment intelligent, vous savez ? Quand il fermait le casque, il était parfois trop fou. Il était autrefois comme ça dans le passé, mais plus maintenant. C’est un gars intelligent, un homme fort et il fera un bon travail. »

Qu’est-ce qui vous a convaincu de passer à un châssis KTM pour 2018 ?

« Je pense que la pole position lors du dernier GP en Aragon était pour KTM, non ? Parce que nous sommes déjà en relation avec eux depuis quelques années, en particulier avec les suspensions WP. Nous aimons les défis. Nous aimons bien faire les choses. Faire partie de la famille KTM est incroyable. Nous sommes fiers que KTM nous ait choisis. Ils avaient l’équipe Pons, ils avaient beaucoup d’équipes souhaitant choisir KTM mais ils nous ont choisis pour de nombreuses raisons. L’une de ces raisons est que j’ai une très bonne équipe. Ce sont des travailleurs difficiles et ils peuvent aider ce châssis KTM à s’améliorer et à être rapide. Ce sera un bon défi pour l’avenir de rester avec KTM. »

Thomas Lüthi est sans doute le plus proche de gagner le titre Moto2 qu’il ne l’a jamais déjà été. Qu’en est-il de son succès cette année ?

« Je dis toujours que nous gagnons ensemble, nous perdons ensemble. D’abord, la relation avec son chef d’équipe depuis deux ans Gilles Bigot est maintenant parfaite. Thomas a de l’expérience. C’est un homme très intelligent et un homme fort. Il sait comment gagner. Il sait comment être sur le podium. Il sait comment ne pas être trop stupide, et rester sur les roues pour faire quatrième ou cinquième s’il le faut. Nous avons toutes les conditions, sauf que nous avons Franco Morbidelli un pilote très, très fort. Pour le reste, nous sommes parfaitement en forme dans le championnat. Oui, c’est la bonne équipe, le bon moment, un bon pilote et une bonne moto. Tout va bien. Nous étions 53 points derrière le leader après Misano l’année dernière. Maintenant, après Misano, nous ne sommes que neuf points derrière Morbidelli. Maintenant, nous sommes complètement impliqués et je m’attends à ce que Tom fasse la différence dans les quatre dernières courses. À la fin, j’attends beaucoup des courses outremer. »

Pourquoi Thomas et son chef d’équipe, Gilles, travaillent-ils si bien ensemble ?

« C’est difficile à dire. Je voudrais dire quelque chose que peut-être que Tom ne voudrait pas. Dans le passé, Tom était plus, disons, directeur dans le stand. Il poussait le mécanicien en chef et disait : « Il y a un problème avec l’avant, il faut changer cela ! » Maintenant, c’est différent. S’il fait quelque chose comme ça, Gilles dira : « Assieds-toi. J’ai besoin de réfléchir ». Gilles est un gars intelligent, un homme détendu, et l’année dernière, il a fallu à Tom cinq courses pour lui faire confiance complètement. Quand Tom a passé cette étape, il était vraiment bon. Cette chimie entre eux a grandi et maintenant cela a du bon sens. »

Thomas va continuer à travailler avec Gilles en MotoGP en 2018.

« Ouais, oui. Gilles m’a demandé et j’ai dit ‘oui’. Gilles a plus de 60 ans et pour lui, c’est comme un cadeau de sauter en MotoGP et de terminer sa carrière. Quand deux gars sont si bons, pourquoi rompre cela ? Gilles m’a beaucoup donné. J’ai des gars autour de moi maintenant et ce sont de petits Gilles. Il m’a beaucoup donné et c’était évident. Je l’ai laissé partir parce que je suis heureux pour eux. »

Photos © Garage Plus & Carxpert Racing

Source : crash.net



Tous les articles sur les Pilotes : Thomas Luthi

Tous les articles sur les Teams : CarXpert Interwetten