Invité sur la grille de départ du Grand Prix d’Espagne avec une Honda aux couleurs du HRC, le pilote allemand Stefan Bradl a fait mieux que de la figuration et du développement à Jerez. Candidat solide à la Q2, il s’est révélé en course en prenant une dixième place devant un certain Jorge Lorenzo, pilote officiel Repsol. De quoi faire réfléchir…

Stefan Bradl a dépassé les attentes lors de la quatrième manche du championnat MotoGP qui s’est déroulée le week-end passé à Jerez. Il a en effet obtenu la respectable 10ème place. Et il a constitué jusqu’au drapeau à damiers un danger pour les Honda LCR de Nakagami et de Crutchlow.

Stefan Bradl est arrivé à Jerez avec l’objectif clair de récolter des points pour sa troisième wildcard pour l’équipe HRC et comme pilote d’essai Honda. Avec une 14e place sur la grille, le pilote de 29 ans, a pris une bonne position de départ. Il s’est placé sur la cinquième rangée, entre Rossi et Miller, qui avaient terminé la dernière course d’Austin sur le podium.

Bradl a profité des chutes et des incidents, jusqu’à profiter en vue de l’arrivée de l’affrontement entre Jack Miller et Aleix Espargaró, ce qui lui a permis de se classer dixième. « Un résultat très agréable. Les patrons du HRC m’ont félicité, c’est bon signe. Et j’ai fini devant Lorenzo » a commenté le pilote d’essais Honda avec satisfaction.

« Tout s’est déroulé comme prévu » a déclaré Bradl sur Speedweek. « J’étais juste un peu prudent. J’ai aussi appris un peu du passé, je pense à Brno en 2018 par exemple… Vous ne pouvez pas tout compenser dès le premier tour. Oui, c’était une excellente course de bout en bout. Je me suis battu avec Aleix au début. Nous nous sommes beaucoup doublés, une fois il était devant, une autre j’étais devant. J’ai remarqué que j’étais plus rapide, mais il m’a toujours repris. C’était un peu bête, car nous avons perdu beaucoup de temps sur Nakagami. Sinon, je l’aurais peut-être rattrapé, lui et Crutchlow également, car Cal s’est échappé avec le pneu arrière medium. J’avais pris le mélange dur à l’arrière et à l’avant ».

« Terminer à la dixième place, c’est vraiment génial » a déclaré le pilote d’usine Honda. « C’était une course à laquelle j’avais aussi beaucoup réfléchi. Il y a déjà un plan derrière cela. Il était également utile d’avoir déjà effectué onze jours d’essais avant ce Grand Prix. Le plan a bien fonctionné, mais sur ce court tronçon, vous n’avez pas beaucoup de temps pour utiliser les commutateurs, changer et ajuster la configuration et la cartographie pendant la course. Mais je n’ai fait que quelques petites erreurs. Au début, j’ai pris des précautions, jusqu’à ce que les pneus fonctionnent correctement. Bien sûr, ça aurait été bien de pouvoir revenir sur Nakagami ».

Bradl n’a perdu que 3.4 secondes contre Crutchlow et a obtenu son 49e résultat dans le top dix en MotoGP. À l’arrivée, Lorenzo regrettait aussi 5.1 secondes sur Bradl. « J’ai remarqué que Lorenzo n’avait pas la vitesse, j’ai vu après trois tours que je pouvais le dépasser. Mais je devais faire attention et penser à l’équipe… C’est important aussi. Mais j’avais libre cours du HRC, c’était clair depuis le début. Bien sûr, je suis heureux de ne pas être le dernier pilote Honda. On a vu que je pouvais garder la vitesse plus de 25 tours. Je me sentais à l’aise sur la moto. Elle a parfaitement fonctionné ».

Grand Prix d’Espagne Jerez MotoGP J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Stefan Bradl

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team