Team manager de l’équipe Pramac Racing, Francesco Guidotti conserve cette année Danilo Petrucci sur une Ducati officielle, tandis que Jack Miller remplace Scott Redding en partance pour Aprilia. Quels sont les chances de l’Italien et de l’Australien ?

Commençons par Petrucci. « Ducati croit en lui et lui confie une officielle pour la troisième année consécutive. Cela pourrait être pour lui l’année de la consécration, tout le monde croit qu’il peut faire le dernier pas. 2017 a été sa meilleure année, mais maintenant il repart de zéro, le passé ne compte plus.

« L’année dernière, Danilo a manqué une victoire en GP une fois pour 60 millièmes et une autre fois parce qu’il s’est retrouvé contre un Marquez qui a risqué le tout pour tout, ça veut dire qu’il ne manquait pas grand-chose.

« Il lui faut plus de confiance, ne pas se sous-estimer. Il sait ce qu’il faut pour améliorer son style de pilotage et être conscient du problème est déjà un bon résultat. Il n’est pas facile de changer la façon dont vous pilotez, mais vous pouvez le faire. Je sais que Danilo a une détermination hors du commun et il en a besoin contre des coureurs qui ont quatre « balles » et demie. Pour notre part, nous ferons de notre mieux. »

Jack Miller

« Personne ne sait ce qu’il vaut vraiment. Il faut le mettre en position de s’exprimer, mais je pense qu’il peut faire mieux que ce qu’il a montré jusqu’à présent. Selon moi, Jack a beaucoup à exprimer.

« Si je regarde son histoire en MotoGP, la première année ne peut pas être prise en considération, le niveau technique de sa moto était trop bas. Dans la seconde, il a remporté une course et réussir est toujours difficile, surtout dans ces conditions.

« Il a probablement entendu une alarme quand il s’est rendu compte qu’il pouvait rester à pied en 2018. À mon avis, nous devons commencer à partir de ses dernières courses de 2017, où il s’est avéré être compétitif. »

« Il est sûrement temps pour lui d’arrêter de jouer. Il faut être sérieux. Un pilote doit avoir compris dès le départ qu’il doit être un professionnel, au niveau du dévouement et du sacrifice.

« J’ai eu l’impression d’être devant un pilote rapide et talentueux, mais avec des limites au niveau, pour ainsi dire, structurelles – explique Francesco. D’autre part, il parvient à très bien transmettre ses sensations à l’équipe. Peut-être qu’il a perdu du temps, mais il peut récupérer. »

Photo © Pramac Racing

Source : Matteo Aglio pour Gpone.com



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci, Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Octo Pramac Yakhnich