En terminant cinquième, Pol Espargaró ramenait au son équipe Tech3 non seulement son meilleur résultat de la saison mais aussi la meilleure place des teams privés. Ceci après des qualifications probantes qui l’avait placé sur le quatrième plot de la grille de départ. La plus belle position sur la grille cette année. L’équipier de Bradley Smith avait donc tout lieu d’être heureux de son week-end. Et pourtant… Content oui mais de là à connaître le bonheur…

Car Pol Espargaró n’est du genre à se contenter d’accessit. Le résultat brut n’est pas mal mais le bilan net ne fait pas sauter au plafond. Et il est le premier à le préciser : « lors des essais et notamment au terme du warm-up, nous étions plus rapides que Jorge Lorenzo et que Valentino Rossi. Puis la course arrive et c’est toujours le même constat : Valentino est 14s devant nous et Jorge à 24s. Alors, finalement, si l’on prend le week-end dans sa globalité, ce n’est pas un bon résultat ».

Les questions de Pol Espargaró restent donc encore sans réponse. Sous contrat Yamaha, mais jamais considéré par la marque pour remplacer un Jorge Lorenzo sur le départ, il aimerait comprendre ce qui lui arrive sur la piste et dans les coulisses : « je ne peux pas vous expliquer ça » raconte sur crash.net le frère cadet d’Aleix officiel Suzuki. « Lorsque les Yamaha officielles accélèrent, ça pousse, et lorsqu’elles freinent, hé bien ça freine. Une facilité que j’ai vécue lors du warm-up, mais que je n’ai pas retrouvée en course ».

Il se fait plus précis : « A chaque accélération, ils me prennent trois à quatre mètres, ce qui compte à la fin. Alors on essaie de compenser en freinant tard et avec le réservoir plein, on vire au large. On fait des erreurs. Je ne sais pas quoi dire ni quoi faire. Il faut comprendre avant la prochaine course car après un week-end incroyable, ce résultat n’est pas satisfaisant. On peut finir premier des privés sans forcer, mais j’ai montré que je pouvais être plus rapide que d’autres pilotes. Comme Pedrosa ou Viñales et pourtant, en course, je n’ai pas pu les suivre. De même, j’ai dû batailler ferme avec mon frère Aleix alors que durant toutes les séances, je l’ai dominé. Si l’on arrive à confirmer en course mon rythme des essais, alors tout sera plus facile. Ce qui n’est pas le cas. Alors je suis amer ».

La piste avait changé lors de la course de l’avis de tous les pilotes qui ont pointé du doigt la course de Moto2 comme facteur de cette évolution de l’adhérence. Oui, mais là encore, Pol ne se cherche pas d’excuses : « les pilotes d’usine se sont mieux accommodés de ces conditions que nous. J’ai fait beaucoup d’erreurs dans cette course, j’avais peut-être trop envie de réussir et j’aurais peut-être dû avoir plus de patience. J’ai eu pas mal de soucis avec les freins avant ». Le mieux peut aussi être l’ennemi du bien. Pol Espargaró pointe actuellement sixième au général, à deux points du cinquième, et il est le premier pilote satellite, ce qui est l’objectif de son team.



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3