La Suisse, malgré son absence de circuits, est une grande nation des sports mécaniques. Depuis les débuts du championnat du monde motocycliste en 1949, des Helvètes se sont illustrés au plus haut niveau, mais surtout en side-car. Cette saga en quatre parties vise à mettre en lumière des pilotes méritants mais oubliés. Vous nous suivez ? C’est parti !

Cette partie fait suite au troisième volet, disponible ici.

Thomas Lüthi (1986-)

Dernier champion du monde suisse en date, Thomas Lüthi est assurément l’Helvète le plus connu du XXIe siècle. La raison ? Une carrière exceptionnelle, longue de 19 saisons et d’ailleurs sur le point de s’arrêter.

Un article entier à déjà été consacré à la personne mais sans aucun doute, « Tom » a marqué son temps. Champion 125cc 2005, il n’aura pourtant pas la carrière escomptée. Souvent très bien placé au général en Moto2, jamais Lüthi ne parvint à triompher une deuxième fois. En 2021, il annonce sa retraite pour la fin d’année.

Sa carrière aura néanmoins été « marquée » par une année de MotoGP en 2018, sans grand succès malheureusement.

Dominique Aegerter (1990-)



Après des débuts timides en 125cc, Domi s’illustre en Moto2 grâce à sa régularité exceptionnelle. Et encore, c’est un euphémisme. 33 courses d’affilée dans les points (Jerez 2012/Valence 2013) et 46 courses terminées consécutivement (Silverstone 2011/Valence 2013), nous sommes proche d’un record.

Paradoxalement, Aegerter n’a remporté qu’une seule course en catégorie à l’occasion du Grand Prix d’Allemagne 2014. Malheureusement, une fois cette période derrière lui, les blessures le rattrapèrent. Il quitta la catégorie par la petite porte en 2019, pour se refaire une santé en MotoE. Immédiatement, la sauce prend et le Suisse termine troisième du général.

Nous aurons encore entendu parler de lui cette année, lorsqu’il tenta une attaque impossible sur le leader du championnat Jordi Torres à Misano. Dominique écopa d’une lourde pénalité scellant sa deuxième position au classement. Affaire à suivre pour le pilote Dynavolt Intact GP.

Randy Krummenacher (1990-)

Le champion du monde Supersport 2019 compte 10 années de GP ainsi qu’un podium, acquis en 125cc. Si son talent ne s’est jamais traduit sur les tracés du mondial, Randy a trouvé une belle porte de sortie en Supersport.

Robin Mulhauser (1991-)

Cette année encore, Robin a performé au Bol d’Or en terminant deuxième pour Yamaha Moto Ain, accompagné de Roberto Rolfo et Randy de Puniet. Outre ce fait d’arme, il compte trois saisons complètes en mondial, avec pour meilleur résultat une 13e place au Grand Prix d’Allemagne 2016, catégorie Moto2.

Le francophone s’est d’ailleurs confié sur son statut au sein de la structure Moto Ain, accusant l’équipe de ne pas s’impliquer assez dans le projet. Une sortie franche, assez rare de nos jours pour être soulignée.

C’est tout pour cette saga ! Bien entendu, comment ne pas avoir une pensée pour Jason Dupasquier, décédé cette année au Mugello. Quel pays souhaiteriez-vous voir par la suite ? Dites-le-nous en commentaires !

 

 

Photo de couverture : Michelin Motorsport



Tous les articles sur les Pilotes : Thomas Luthi

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team