Son équipe AGR venant brutalement d’arrêter les Grands Prix en cours de saison après le départ de son mécène Karlos Arguiñano, Maria Herrera se retrouve fort dépourvue, mais n’en garde pas moins le moral. Elle croit en elle, comme elle vient de l’expliquer dans cette interview à Marca, et demande simplement qu’on lui donne sa chance.

Jaime Martin a interviewé Maria à Madrid pour Marca.

« J’ai confiance en moi, lui a-t-elle expliqué. Cela me fait mal de ne pas pouvoir terminer la saison. Mais cela ne me coule pas. »

Etait-il prévisible que quelque chose comme ça se produirait ?

« Non. J’espérais terminer la saison et dire au revoir à l’équipe. Ce qui ne m’est pas passé par la tête, c’est que ça allait finir avant la fin de la saison. »

Tout avait l’air bien. Qu’est-ce qui a mal tourné ?

« C’était une équipe inexpérimentée en Moto3. Ils prévoyaient les résultats à l’avance. Nous n’avons même pas fait de tests. »

Quel taux de culpabilité assumez-vous ?

« J’ai tout donné. Lorsque la moto fonctionnait bien, j’étais dans le top 10. Je pense que j’ai été très honnête avec eux. Cette année, j’ai roulé mieux que jamais. Et d’ailleurs, j’ai été physiquement forte comme jamais auparavant. Donc, voyant tout cela, je pense que je ne suis pas responsable de ce qui s’est passé. »

Est-ce votre premier choix que de rester en Championnat du Monde Moto3 ?

« Nous nous battons jusqu’à la mort pour continuer en Moto3. Il est très injuste de ne pas avoir une continuité que n’importe quel pilote peut avoir en ce moment. Je pense que je mérite un contrat de deux ans pour prouver ma valeur.

Ne contemplez-vous pas la possibilité de passer en Superbike mondiale ?

« Non, pas pour l’instant. Je suis concentré sur le Championnat du Monde Moto3. Si nous ne le pouvons pas, nous examinerons d’autres options. »

Après ce qui s’est passé, avez-vous encore le rêve de courir en MotoGP ?

« En tant que pilote, mon rêve est de rejoindre la MotoGP. Beaucoup de gens mettent des pierres sur ma route. Je ne pensais pas que ce serait si difficile quand j’ai gagné le championnat espagnol. Je suis venu forte en Championnat du Monde. Je ne pensais pas qu’ils allaient mettre autant d’obstacles. Cependant, je vais me battre jusqu’à la fin. »

 

Photos © AGR

Source : marca.com



Tous les articles sur les Pilotes : Maria Herrera

Tous les articles sur les Teams : AGR Team