Combiner le Superbike et l’Endurance ? Dorna et Discovery en parlent, mais les Espagnols se retiennent. L’enjeu est quelque chose d’encore plus grand…

Le mariage entre le Superbike et l’Endurance est gelé, jusqu’à nouvel ordre. Les managers des deux championnats du monde se sont réunis quatre à cinq fois ces derniers mois et, à un moment donné, la possibilité que les championnats dérivés de la série fusionnent était grande. Mais maintenant, c’est au point mort. La FIM pousse vers l’union : pour le président Jorge Viegas, la création d’un championnat unique avec le nom provisoire “Superbike Production” reste une priorité absolue. Sur le plan sportif, le Superbike et l’Endurance sont très différents, mais les problèmes auraient été surmontés avec (beaucoup) de bonne volonté et d’imagination. Au moment de discuter d’argent, c’est-à-dire des contrats avec les promoteurs, la télévision et tout le reste, des problèmes se sont posés. Qui vend quoi et à qui? C’est le problème, et la FIM aura du mal à boucler la boucle…

LA CONFIRMATION OFFICIELLE

Sur le front de l’endurance, géré par Eurosport Events, une société du groupe Discovery, personne n’a encore parlé. A l’inverse, Dorna a expliqué la situation, sous une forme officielle, à Phillip Island. Marc Saurina, directeur marketing et média du Championnat du Monde, a donné des détails. « Discovery est notre partenaire depuis de nombreuses années, les chaînes du groupe diffusent le MotoGP et le Superbike depuis de nombreuses années », a expliqué le manager espagnol.
« L’automne dernier, ils sont venus nous voir et nous ont demandé si cela n’aurait pas de sens de travailler ensemble et de créer des synergies entre les deux championnats du monde, Superbike et Endurance. Pendant l’hiver, il y a eu une série de réunions au cours desquelles nous avons analysé toutes les implications. »
Autrement dit, Saurina suggère qu’il s’agit d’une affaire délicate, qui implique deux grands groupes et concerne l’avenir à long terme de la moto : Dorna a les droits Superbike jusqu’en 2036. « Tout peut arriver » : Saurina laisse la porte ouverte. « Mais à ce jour, nous pensons que le Superbike restera tel qu’il est actuellement. Nous continuons de parler à Discovery, mais les positions sont très éloignées. »

ET SI LIBERTY MEDIA ACHETAIT TOUT ?
Il ressort de sources fiables que, même au sein des entreprises respectives, les positions ne sont pas unanimes. Chez Dorna, il y a une fronde qui se débarrasserait volontiers du Superbike, mais Carmelo Ezpeleta a tiré le frein à main : entre les mains d’un géant comme Discovery, l’autre Championnat du Monde pourrait redevenir un concurrent très dangereux pour le MotoGP, comme c’était le cas durant plusieurs années lors de la gestion de Flammini. Ezpeleta, cependant, a une idée en tête : pousser Liberty Media, la société mère de Discovery et le manager de la F1, à acheter l’ensemble du package Dorna. C’est-à-dire le MotoGP et le Superbike ensemble, en les reprenant au fond d’investissement Bridgepoint, tout en laissant la gestion opérationnelle aux Espagnols. Il est donc question de milliards. Voilà pourquoi il y a eu ce coup de frein…