On dit que 20% des pilotes du paddock des Grands Prix lui doivent leur carrière. Et au vu du palmarès de ses écuries, on peut le croire. Aki Ajo est le team manager phare des catégories Moto3 et Moto2 et, en 2016, il a réalisé le doublé dans les deux disciplines en décrochant les titres mondiaux. Sa marque de fabrique ? Prendre un pilote que personne n’imaginait capable d’évoluer au sommet et le transformer en Champion incontestable. Il y a donc une méthode Ajo. Et le Finlandais l’explique.

C’est le site MotoMatters qui est allé chercher la recette dans un entretien fouillé révélateur d’une personne hors du commun. Entrer chez Ajo, c’est comme s’ancrer dans un incubateur pour en sortir Champion du Monde. Une magie dont la formule est recherchée. Elle est pourtant simple si l’on se base sur les propos du Finlandais : il s’agît de travailler la pâte humaine avec les ingrédients de confiance et de dévouement réciproque. Portez à feu doux et servez chaud, et vous aurez une belle couronne mondiale.

Aki Ajo explique : « d’abord, les membres du team à commencer par moi sont des purs passionnés. Rarement, on prend les chemins les plus faciles, mais nous sommes totalement impliqués. On aime les défis et on travaille tous pour les relever. Le choix des pilotes ? Parfois on en voit qui gagne ou qui sont toujours dans le groupe de tête, mais paradoxalement, on ne perçoit pas le feu sacré. Et puis il y  en a d’autres qui tombent souvent, ne réussissent pas comme il faut et qui l’ont ».

« Lorsque l’on remarque un pilote qui a la bonne approche, le bon caractère mais qui n’est pas encore si rapide, on se dit que l’on pourrait bien travailler avec lui. Je recherche toujours les challenges et lorsque vous réussissez à amener au sommet un pilote que personne n’imaginait capable d’arriver à un tel niveau, c’est bien plus valorisant pour tout le monde ».

«L’attitude du pilote est ici essentielle. Ce n’est pas une vedette, il n’a pas un entourage qui lui dit tout le temps qu’il est le meilleur. Bien sûr, il lui faut un minimum de talent, mais tout le monde en a par ici en Grand Prix. Le talent c’est une chose. Mais l’attitude et la passion c’est autre chose ».

Aki Ajo précise en donnant des exemples : « ils doivent être prêts à tous les sacrifices. Brad Binder est un bon exemple tout comme l’est Johann Zarco. Ils sont prêts à tout sacrifier. Et quand je dis tout, c’est vraiment tout ! Il faut être prêt à ça si l’on veut gagner. Lorsque je discute avec un pilote, je dois voir ça dans ses yeux. Je veux percer cette volonté : tout faire pour y arriver ». En d’autres noms qui sont passés par la méthode Ajo, on citera Marc Marquez, Johann Zarco, Jack Miller, Sandro Cortese, Luis Salom, ou encore Danny Kent. L’an prochain, il prendra Antonelli sous son aile pour le Moto3. On attend de voir la métamorphose.



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder, Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Ajo Motorsport, Red Bull KTM Ajo, Red Bull KTM Ajo Moto2