Après deux Grands Prix consommés en ce début de saison, on constatait sur les podiums du Qatar et d’Argentine la présence des mêmes pilotes sur la plus haute marche. Le troisième accompli au Texas, il n’en reste plus qu’un à revendiquer une enthousiasmante régularité dans le succès. Il s’agit de Franco Morbidelli qui a réussi en Moto2, à Austin, ce qu’ont manqué Joan Mir en Moto3 et Maverick Viñales en MotoGP : un troisième succès de rang.

Et au vu de la manière affichée dans la réalisation, on peut se dire que la série n’est pas prête de s’arrêter. L’Italien de 22 ans qui nous vient du FIM Superstock 600 et qui arpente le Moto2 depuis 2013 semble être arrivé à maturité pour agrémenter son palmarès et affoler les statistiques.

Sur ce dernier point, il est devenu à Austin le premier pilote 250cc/Moto2 à remporter les trois premières courses de la saison depuis Daijiro Kato en 2001. Et avant Austin, Franco Morbidelli était déjà le premier Italien à avoir remporté deux épreuves consécutives en catégorie intermédiaire depuis Marco Simoncelli en 2009. Aucun pilote ne s’était d’ailleurs imposé lors des deux premières épreuves du calendrier dans cette même catégorie depuis Jorge Lorenzo en 2007.

Un parcours pour le moment sans faute que le pilote Marc VDS commente ainsi : « c’est un grand moment pour l’équipe et moi, nous sommes dans une forme éblouissante et j’espère que cela va durer. La bagarre en début de course avec Álex était sympa, mais j’ai pu m’échapper suffisamment vite jusqu’à compter une avance de 1.5 seconde. Je croyais alors contrôler la course, mais je me suis déconcentré et Lüthi est revenu à une demi-seconde. À partir de ce moment-là, j’ai décidé d’attaquer. Je n’ai plus pensé à gérer, mais juste à persévérer pour gagner ».

Une solidité qui s’est forgée du côté de Tavullia dans un certain ranch géré par Valentino Rossi. Car si Franco Morbidelli est né à Rome, il est bel et bien basé à Tavullia. Un lien qu’il ne cache pas, bien au contraire : « travailler avec Valentino au ranch est crucial. Vale est le meilleur de tous les temps. J’ai beaucoup appris de lui, de son style et de ses conseils. C’est comme si un enfant jouant au football pouvait s’entraîner tous les jours avec Lionel Messi ».

Morbidelli est donc à bon école et il a l’attention du maître. Fort de ses trois victoires, l’Italien compte désormais 19 points d’avance sur Lüthi avant l’arrivée du paddock en Europe au Circuit de Jerez.



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team