De Diana Tamantini / Corsedimoto.com

Celestino Vietti clôture sa dernière saison de Moto3. “Presque toujours rapide, mais “presque”… » L’avenir est en Moto2, avec une grande envie de vite émerger. L’interview.

2020 a été la dernière année de Celestino Vietti en Moto3. Une saison particulière en raison de la pandémie en cours, au cours de laquelle il est cependant resté longtemps dans la “zone du titre”. Quelques erreurs en fin de saison l’ont découragé, mais cela ne signifie pas que le bilan est négatif, au contraire. L’année prochaine, il participera à la compétition Moto2, avec son compagnon de box Marco Bezzecchi. Le but est d’apprendre, avec l’espoir de pouvoir peut-être créer quelques surprises… Voici ce que nous a dit le pilote de la VR46 de Sky Racing Team.


Comment évaluez-vous cette année ?
« La saison a sans aucun doute été positive. Nous avons beaucoup appris, même si au final j’ai fait un peu trop d’erreurs. Cela fait un peu baisser la note. Mais au final, j’ai beaucoup appris, donc nous pouvons être satisfaits. »

Que s’est-il passé lors des dernières courses ?
« Il y a eu quelques erreurs de ma part qui n’ont pas aidé. Certains des choix que nous avons faits n’ont pas vraiment aidé non plus. Parfois, nous avons essayé de prendre des risques, mais cela ne s’est pas bien passé. C’est un peu dommage parce que nous avions un bel objectif à atteindre, mais cela fait partie de la course. »

Vos erreurs étaient-elles dues à la pression d’être dans la zone du titre ?
« Peut-être un peu, mais je pense que les chutes étaient dues à d’autres facteurs. A Valencia-1, j’ai fait l’erreur classique de Valencia, avec le pneu un peu plus froid sur la droite. J’ai essayé de recroiser quand Fernández m’a dépassé et j’ai glissé. Par contre, à Valencia-2, je n’avais pas le bon pneu pour cette situation : j’ai lutté, j’étais un peu à la limite et j’ai chuté. En fin de compte, je pense qu’il s’agissait plus d’une distraction que d’une pression. »

Selon vous, qu’est-ce qui a bien marché et qu’est-ce qui n’a pas marché cette saison ?
« Nous avons réussi à être presque toujours rapides et à nous battre avec les hommes de tête pour les bonnes positions. Mais ce qui n’a peut-être pas été positif, c’est précisément le “presque”. De temps en temps, nous avons eu quelques difficultés, mais ce sont des points en moins que vous ramenez à la maison et qui vous font arriver en fin de la saison en pensant que vous n’avez plus le droit à l’erreur. »

Un an que vous avez dû vivre en pratique loin de chez vous…
« Avec les restrictions de la Covid, les courses étant si serrées et tout ça, je suis toujours resté à Tavullia. Maintenant, je prends des vacances à la maison, je passe du temps avec ma famille, puis nous recommencerons à nous entraîner. »

Qu’en a-t-il été de l’environnement des courses ?
« Peut-être que pour nous, cela n’a changé que partiellement. Il n’y a pas de différences quand il s’agit de travailler dans les stands, mais cela change quand vous êtes dans le paddock ou quand vous finissez la course : vous ne pouvez pas fêter ça, vous ne pouvez pas rencontrer les fans… C’est un peu dommage. Mais du point de vue du travail, il n’y a pas de changement, vous êtes toujours avec les mêmes personnes. Bien sûr, le fait de ne pas avoir de public a donné l’impression que tout cela semblait être une sorte de test plus officiel, c’est quelque chose qui manquait. »

En dehors des Grands Prix, comment avez-vous géré la situation ?
« Je suis presque toujours resté sur les circuits, juste pour éviter certaines situations. Surtout dans les courses doubles, je restais loin de chez moi, donc je risquais beaucoup moins. Nous étions plus en sécurité sur le circuit. »

Comment évaluez-vous le calendrier très serré de 2020 ?
« Nous avons eu moins de temps pour réfléchir, pour nous reposer… Il n’y avait pas de semaine de remise à zéro pour comprendre où vous vous étiez trompé, où vous pouviez vous améliorer, et chaque dimanche vous étiez sur la moto. Vous êtes peut-être un peu plus dans le coup, concentré sur ce que vous avez à faire : si vous perdez votre rythme pendant un instant, vous ne l’avez plus. »

A plusieurs reprises, vous avez couru sur les mêmes pistes…
« La compétitivité a augmenté. Mentalement et physiquement, c’était un peu plus stressant, donc aussi un peu plus difficile en concentration. »

La meilleure course de l’année ? Celle que vous oublierez ?
« Je dirais que la plus belle a été en Autriche, j’ai gagné ma première course. Mais je dirais aussi Le Mans, les deux manches de Misano… A oublier, cependant, je dirais Brno. »

L’année prochaine, vous ferez vos débuts en Moto2. Comment s’est passé le premier contact à Jerez ?
« Je suis vraiment heureux de cette opportunité. J’espère que je suis prêt, j’ai aimé la moto dès le début. Bien sûr, je sais que ce sera difficile, il faut toujours un certain temps pour apprendre une nouvelle catégorie. Ce sera une année d’apprentissage et j’essaierai de rassembler autant d’informations que possible pour m’améliorer de plus en plus et me rapprocher des meilleurs. »

Quelles sont les principales différences que vous avez remarquées entre la Moto3 et la Moto2 ?
« Certainement la puissance du moteur, et par conséquent une moto beaucoup plus physique. Je devrai y travailler en m’entraînant pour me préparer. Mais c’est très bien : il faut un style de pilotage différent, il faut des astuces différentes tant pour l’accélération que pour le freinage. Mais surtout, vous êtes vraiment impressionné par la puissance. »

En tant que compagnon de box, vous aurez un grand ami, Marco Bezzecchi. À quoi ressemblera cette coexistence ?
« Ce sera une bonne année, très amusante. Nous nous connaissons depuis très longtemps et je suis heureux de partager le box avec lui. Ce sera la première fois en tant que coéquipiers, et je suis curieux de voir comment ça se passera. Cette année, il a montré qu’il allait très vite, j’espère apprendre de lui comment aller vite avec cette moto. »

Des objectifs pour la saison prochaine ?
« Le seul auquel je puisse penser est le titre de Rookie of the Year. Mais ce n’est pas une obsession. Comme je l’ai déjà fait pour la Moto3, je vise à comprendre au maximum la catégorie et peut-être l’année suivante pouvoir bien faire. »

Mais rappelez-vous que dans les premières courses de Moto3 vous étiez déjà sur le podium… Voyez-vous cela aussi possible en Moto2 ?
« Il faudrait vraiment que ce soit une belle saison. Mais on ne sait jamais, peut-être que je serai immédiatement satisfait de la moto. Bien sûr, lorsque vous êtes sur la piste, vous voulez toujours être le plus devant possible, et ce serait bien de le faire. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Diana Tamantini



Tous les articles sur les Pilotes : Celestino Vietti

Tous les articles sur les Teams : Sky VR46 Moto2