De Diana Tamantini / Corsedimoto.com

Marco Bezzecchi en plein essor durant sa deuxième année en Moto2. Et en 2021, « j’espère être parmi les plus rapides. » Commentaires aussi sur l’organisation, les favoris, les débutants… L’interview.

Une saison en nette progression pour Marco Bezzecchi. Après une première année compliquée en Moto2, un changement de moto et d’équipe ont permis un bond en avant, avec les premières victoires et les premiers podiums. Il a également été parmi les meilleurs pilotes au classement du championnat jusqu’à la fin. Une situation surprenante avant tout pour lui, mais il considère que c’est la preuve pour lui-même de ce qu’il peut faire. L’année prochaine, il veut repartir de là pour être encore plus solide, avec son ami Celestino Vietti comme nouveau compagnon de box. La MotoGP ? C’est certainement un rêve, mais sans urgence : il veut y arriver préparé. Voici ce qu’il nous a dit.


Comment allez-vous physiquement ?
« Tout va bien, mon pied est plus ou moins en place. Je viens de passer ma radiographie et tout semble aller bien. Ainsi, à partir de janvier, je peux recommencer un entraînement complet, y compris le footing, ce que je n’ai pas pu faire cette année. »

Comment évaluez-vous cette deuxième saison en Moto2 ?
« Je sortais d’une année difficile, puis j’ai eu une blessure inattendue, donc le départ a été un peu doucement. Mais finalement, j’ai été très, très heureux de mon travail et de celui de l’équipe. Nous avons fait beaucoup de bonnes courses, nous nous sommes battus pour les positions qui comptaient dès le départ, et c’était honnêtement quelque chose à quoi je ne m’attendais pas. Un bilan positif, surtout avec le bonheur de se sentir à nouveau bien en course, comme en 2018. »

Pouvons-nous également parler d’une démonstration de votre valeur, y compris à vous-même ?
« Oui, on peut le dire. L’année dernière en fait, j’avais quelques doutes sur moi-même, mais cette saison m’a plutôt aidé à comprendre que je pouvais faire de bonnes courses et être rapide. Cela m’a aidé à dépasser cette période que j’ai eue. »

Vous vous attendiez à être dans la “zone du titre” cette année ?
« Je ne m’attendais pas à cela. Un titre mondial n’est pas une chose facile à gagner. En fait, plus on monte dans la catégorie, plus les choses se compliquent, car il n’y a que les meilleurs. Je ne pensais pas vraiment que je me battrais pour le championnat. Je savais que je pouvais me battre pour quelques podiums, mais je ne m’attendais pas à en obtenir sept, comme cette année. Il y avait un grand désir de rédemption, et je savais que je pouvais le faire, mais pas pour le titre. »

Malheureusement, il y a eu ces deux incidents en Aragón… Était-ce aussi dû à un peu de pression ?
« Je ne pense pas. Je savais que j’étais proche au championnat, mais l’objectif principal était de me battre pour la victoire en course. J’avais besoin de me sentir fort, d’essayer de gagner, ce qui est ce que je voulais le plus, disons pour ma satisfaction personnelle. Puis j’ai chuté à Aragón… Dans la première course, c’était plus inattendu : j’étais tout à fait en contrôle de la course, je me sentais si bien avec la moto que, dans ce tour, je suis entré dans le virage un peu plus vite que la normale. Un virage “bâtard”, un peu comme ça, avec peu de marge d’erreur. Le deuxième weekend a été plus compliqué, nous avons eu plus de difficultés dès le début. Dans les deux cas, il s’agissait simplement d‘une grande envie d’essayer de gagner. »

Une déception face à ces erreurs et aux 23 points de retard à la dernière course ?
« Pas particulièrement, notamment parce qu’on ne peut pas faire grand-chose avec des “si” et des “mais”. A la fin, j’étais heureux, pensant que même quand je suis tombé, j’étais en tête ! L’année dernière, j’ai chuté alors que je luttais pour marquer des points… Bien sûr, il y a un peu d’amertume dans la bouche, surtout parce que je n’ai pas pu gagner la course que je méritais, car je menais toujours avec une marge sur Lowes. Malheureusement, j’ai fait une erreur à la fin… Mais je suis content de la façon dont l’année s’est déroulée. En fait, (l’année dernière) je n’avais jamais réussi à faire une bonne course, même lors du dernier GP. Cette année, j’ai commencé en arrière et j’ai réussi à remonter, ce qui était bien. »

Comment était la “nouveauté” de Portimão ?
« Certaines personnes y avaient déjà roulé en Moto2, comme Fernández, qui s’est révélé très rapide après des courses difficiles. Il y a aussi eu Maro (Luca Marini), qui a eu du mal à Valence mais qui avait déjà roulé à Portimão. Mais que vous y soyez déjà allé il y a des années ou jamais, c’est du pareil au même : la chance des pilotes du championnat du monde est qu’à ce niveau, vous obtenez très rapidement les points de référence. C’était une piste cool et nous étions tous très excités. J’espère que nous y retournerons, cela mérite vraiment ! C’est vraiment beau et très amusant, ça donne de grandes émotions. »

Cela a aussi été une saison différente pour le calendrier, avec beaucoup de courses doubles sur les mêmes pistes…
« Personnellement, les doubles manches m’ont beaucoup aidé. Le fait d’être sur le même circuit pour deux GP consécutifs vous permet de régler avec précision les choses dont vous avez besoin. Mais c’était aussi étrange : ils nous ont apporté des pneus différents entre les courses, donc c’était presque comme changer de piste. Mais le fait d’avoir toutes les courses rapprochées et de passer beaucoup de temps sur la moto a été positif, et cela m’a beaucoup aidé parce que je changeais d’équipe et que j’avais besoin de connaître la moto, l’équipe… C’était une bonne année pour cela, mais si je dois dire, je préfère de loin la saison “normale”, plus longue et avec un peu plus de temps pour respirer. C’est pourquoi nous étions tous épuisés quand nous sommes arrivés à la fin. »

Cela a demandé un grand engagement, à la fois physique et mental…
« Je dirais plutôt mental. En ce qui concerne l’aspect physique, dans un certain sens nous y sommes habitués, nous nous entraînons pour ça. Mentalement, après un certain temps, nous n’en pouvions plus ! OK pour avoir des courses consécutives, mais rentrer chez soi pendant quelques jours ferait déjà une différence. Cette année, nous avons été sur la route pendant un mois… Je suis rentré chez moi depuis environ deux semaines, alors que j’ai été sur la route pendant cinq semaines, ce qui n’arrive jamais en Europe, parce que cela arrive généralement lorsque nous sommes en dehors de l’Europe. C’était juste épuisant, et étrange en ce sens. »

Comment vous êtes-vous organisé avec toutes ces restrictions ?
« Dans le paddock, c’était plutôt bien, bien qu’évidemment il était mauvais de ne pas avoir les fans. Lors des épreuves en Italie et en Espagne, il y a normalement beaucoup de monde, c’est dur de se déplacer, surtout pour les pilotes MotoGP, je suppose. Tout le monde a passé beaucoup plus de temps avec son équipe : nous mangions dans le box ensemble… En fait, j’étais toujours dans le box, donc j’ai passé beaucoup de temps avec l’équipe et cela a créé une excellente relation. »

Et qu’en est-il du temps entre les courses ?
« Au début, ils nous permettaient de rentrer chez nous, même avec deux courses d’affilée. Vers le milieu de la saison, quand il y a eu des cas positifs parmi les pilotes, ils nous ont conseillés, ou plutôt obligés (si vous bougiez, ils se fâchaient) à rester entre deux courses consécutives. A Aragón – Aragón ou Valence – Valence – Portimão, nous sommes restés, chacun dans son propre camping-car. Heureusement, à l’Académie, nous sommes tous de très bons amis donc nous avons passé les journées ensemble, mais je pense que si j’avais été quelqu’un d’autre, en dehors d’un groupe comme celui-ci, cela aurait été plus difficile une fois le soir arrivé. Tu ne peux pas t’entraîner, tu es là seul, sans les mécaniciens… On a pris la Play avec nous, on a joué ensemble, on a mangé ensemble, on a regardé des films le soir, donc les jours se sont bien passés. »

La meilleure course et la course à oublier ?
« La pire, je dirais Aragón-2. Cela a été un weekend terne : j’ai peiné, je ne me suis jamais senti bien malgré un rythme décent lors des séances d’essais. Je n’ai jamais été rapide en course et j’ai chuté en essayant de remonter. La meilleure course a été celle de Valence-1. Je me suis bien débrouillé dès les essais libres, j’ai toujours été rapide et j’ai gardé un bon rythme : c’était un super weekend. Dans la course, je suis parti devant et j’y suis resté, en réussissant à m’échapper. Une belle victoire, mais tout le GP a été positif. J’ajoute aussi les deux manches à Misano, où nous avons toujours été rapides, en plus de donner un spectacle le premier weekend avec Luca, nous nous sommes beaucoup amusés. Dans la deuxième, j’ai fait une belle remontée. Donc, je dis Valence, mais dans la foulée les deux à Misano. »

Comment se sont déroulés les premiers tests en vue de 2021 ?
« Très bien. Nous avons essayé quelques détails que nous n’avions pas eu le temps de tester pendant la saison. Quelques tests sur la moto, quelques selles… Différentes choses que nous n’avions pas pu tester pendant un weekend de course, car il faut penser à aller vite immédiatement. Puis j’ai commencé à travailler avec Celestino, comme Luca et moi l’avions fait, donc c’était important. C’est dommage que la météo n’ait pas été particulièrement favorable, mais à la fin, je me suis concentré sur ce que je devais essayer de changer. La route est longue, mais il y aura du temps lors des prochains tests. »

Comment se passera la collaboration dans le box avec Vietti ?
« Ce sera un changement sympathique. Il est très bon, je l’ai toujours dit : il est fort et il apprendra rapidement. Déjà dans les tests, ça s’est très bien passé, et quand nous avons roulé ensemble, nous nous sommes amusés. Nous sommes amis depuis longtemps, ce sera génial de faire une saison ensemble, ou même deux : avec un peu de chance, nous pourrons toujours nous entendre et faire de bonnes courses. »

En attendant, l’année prochaine, vous serez le “leader” de l’équipe…
« Bien sûr, et c’est une grande responsabilité. C’est bien, cela signifie qu’ils attendent beaucoup de moi et que j’ai montré de bonnes choses. J’espère continuer à bien faire et à me battre pour gagner, ce qui est le plus important. Bien sûr, il y a encore beaucoup de choses à mettre en place, mais nous devons travailler tout de suite, être concentrés, ne rien faire de stupide. Mais nous devrons aussi aligner toutes les planètes et avoir un peu de chance. »

Objectif MotoGP “à court terme” ou est-ce encore trop tôt ?
« Je ne peux pas nier que c’est le rêve que j’ai toujours eu. J’y pense évidemment, mais il n’y a pas d’urgence particulière : je préfère attendre un peu plus longtemps et me préparer. J’aimerais y arriver le plus vite possible, mais en même temps je veux y arriver préparé. »

Par exemple, en tant que champion du monde ?
« Ce serait clairement la réalisation d’un rêve. Gagner un championnat du monde et faire mes débuts en MotoGP sont mes deux plus grands objectifs. Y arriver en tant que champion signifierait que vous le méritez vraiment. »

Les objectifs pour 2021 ?
« Il s’agit assurément de continuer à s’améliorer, en s’appuyant sur les progrès réalisés cette année. Être rapide, se battre pour les positions qui comptent dès le départ. Essayer d’être plus incisif pour le titre, peut-être en le gardant à l’esprit un peu plus tôt, et ensuite se battre pour l’obtenir. Ce serait bien d’avoir cette chance, mais il faut que les choses se passent bien. »

Qui seront probablement les meilleurs coureurs l’année prochaine ?
« Il est certain que Di Giannantonio sera rapide sur la Kalex, puis Joe Roberts, Navarro, Fernández… Lowes, c’est sûr. Cette année, quand il a chuté et s’est blessé, il était en tête et avec une marge ! Je l’ai mis comme super favori. Puis les autres que j’ai mentionnés, mais il y aura beaucoup de pilotes rapides et j’espère être parmi eux. »

Qui pourrait surprendre parmi les rookies ?
« J’espère Celestino, mais j’en suis presque sûr. Je dirais aussi Raúl Fernández, sa taille est trop grande pour le Moto3 et il peut bien faire en Moto2. Et aussi Arenas, qui tire sa force du titre. Arbolino aussi, qui est maintenant un grand pilote, mais je pense que tous les débutants seront rapides. Je ne sais pas à quoi m’attendre de la part de Ogura, il a eu une fin de saison étrange, mais il est très rapide et je pense qu’il le sera aussi en Moto2. Les jeunes pilotes sont tous rapides, ce sera donc une belle bagarre dès le départ. »

Pensez-vous que le calendrier provisoire sera respecté ?
« Bien sûr, je l’espère, si c’est possible, je préfère le championnat du monde “normal”, mais la situation est ce qu’elle est. Certaines courses, par exemple en Amérique, en Argentine… Je les considère comme un peu risquées, mais on ne sait jamais. En ce qui concerne les fans, je ne pense pas que nous les verrons avant un certain temps, mais en attendant, ce serait bien de pouvoir avoir toutes les courses que nous avions l’habitude d’avoir. Il faut espérer que la situation s’améliorera bientôt : si nous sommes tous bons, si nous travaillons dur, nous pouvons y arriver, même si cela ne dépend pas de nous seuls. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Diana Tamantini



Tous les articles sur les Pilotes : Marco Bezzecchi

Tous les articles sur les Teams : Sky VR46 Moto2