Les deux jours de test au Qatar accomplis par le Moto2 ont livré un classement dominé par le pilote Petronas Xavi Vierge tandis que le second pilote du team malaisien pointait cinquième. Il s’agit de Jake Dixon. Mais au-delà de ce classement, et notamment de ce froid top 5, il y a une grande histoire de courage et d’abnégation. Qui n’est d’ailleurs pas terminée. Car l’Anglais, avec son poignet littéralement en miette, revient de très loin. Il souffre toujours, mais il n’est pas question pour lui de lâcher le guidon. Mais laissons-le lui-même expliquer sa situation …

En MotoGP, on attend le retour de Marc Marquez après une année passée sur son canapé à cause d’un humérus droit brisé après une chute et opéré à trois reprises. Mais en Moto2, le miraculé du peloton est déjà à l’ouvrage. Il s’agit de Jake Dixon. Sa cinquième place au classement combiné des deux jours de test accomplis au Qatar est pour l’Anglais une victoire, un exploit. Il raconte ainsi : « c’est bon de revenir ! J’ai raté les trois derniers Grands Prix en 2020, donc c’est super d’être de retour ici, mais ce fut un hiver long et rude. Sarah, ma compagne, a dû souffrir et il était clair qu’elle a tout enduré avec moi ! ».

Une entrée en matière qui demande des précisions. Et Jake Dixon en donne : « c’était vraiment émouvant pour moi de rouler, après avoir entendu le médecin dire : ‘Vous ne pouvez plus jamais rouler, votre poignet est en si mauvais état’. Et ça m’a vraiment impacté. Être qui je suis maintenant, après seulement 10 semaines de convalescence est incroyable. J’ai passé tellement de temps avec les fils à l’intérieur de mon poignet que je ne pouvais plus le bouger quand ils ont été sortis. Je veux dire un grand merci à mon médecin, parce qu’il m’a clairement amené jusque-là. Je travaille dur tous les jours, et évidemment avec mon entraîneur aussi, pour obtenir en un si court laps de temps cette force dont nous avons besoin ».

Mais Jake Dixon est encore loin du compte … « C’est encore très douloureux, mais j’espère que les prochains jours ne seront pas si mauvais. Nous allons le solliciter au minimum et j’espère que nous pourrons récupérer entre les séances et voir ce que nous pouvons faire ».

Jake Dixon : « je ne peux pas vous dire à quel point c’était douloureux »

Pour que la situation soit encore plus claire, Dixon fait le détail de sa blessure. Et c’est assez impressionnant : « je me suis cassé trois os différents dans mon poignet, et j’ai eu une luxation, plus un os a été tourné à 90 degrés, j’ai déchiré tous les ligaments. J’ai sectionné mon ligament entre l’os scaphoïde et l’os à côté. Le chirurgien a dû réparer tout cela ? Ce n’était pas seulement cassé, les ligaments ont été détruits. Je ne peux pas vous dire à quel point c’était douloureux ».

« Quand le médecin m’a dit : « écoutez, ce n’est pas seulement un travail de cinq minutes, ça va être long. » Il a dit après la chirurgie qu’il était vraiment content de la façon dont tout se passe. Je ne pouvais pas sentir la moitié de ma main jusqu’à il y a environ un mois, donc je suis vraiment heureux et très reconnaissant. Il y a tellement de gens que je peux remercier, évidemment ma femme, tout le monde qui m’a amené là où je suis maintenant. Il y avait une larme dans mes yeux quand je suis venu parce que c’est clairement mon travail C’est ce que j’aime faire et je suis vraiment ému d’être ici maintenant ».

Dixon accorde beaucoup d’importance à sa femme, Sarah, et au soutien de sa famille pour lui avoir permis de se retrouver si rapidement sur la bonne voie. « Tout dépend des gens autour de vous », a déclaré le pilote de 25 ans. « Si vous n’avez pas de bonnes personnes, cela rendra les choses plus difficiles, mais j’ai une famille formidable, et évidemment une femme formidable et des gens formidables autour de moi, des physiciens, des entraîneurs, des chirurgiens et tous ceux qui m’ont poussé pour revenir là où je suis ».

Jake Dixon remercie ses proches

« J’étais terrifié avant de quitter l’avion lundi, car je ne savais pas si j’en avais fait assez et je ne pouvais toujours pas me rapprocher du mouvement dont j’avais besoin. Mon physio m’a dit qu’il fallait de façon réaliste six à 12 mois pour se remettre de ce type de blessure, donc je suis très heureux. Je ne peux pas encore totalement bouger. Je vais continuer et je ferai ce que je peux ».

Dixon n’oublie pas son équipe : « j’ai une équipe formidable, et je ne dis pas seulement parce que je roule pour eux. Ils ont travaillé très dur au cours de la dernière année pour me donner une moto qui me va. Je ne leur ai pas donné le podium et j’espère pouvoir leur donner bientôt. Le travail que nous avons fait m’a rendu la vie tellement plus facile maintenant parce que ma moto est un tel rêve à rouler ! Sinon, je ne serais pas capable de rouler tout de suite à cette vitesse. Même si je suis capable d’être rapide que pour quatre ou cinq tours, la moto est un rêve. Je suis à l’aise et confiant Je veux juste continuer à rouler, nous n’allons rien changer avec la moto. C’est la première fois que je pilote une grosse moto depuis cinq mois, et c’est super d’être de retour » termine l’Anglais sur le site l’observatoire du Qatar.

Jake Dixon sort ainsi d’une dure épreuve, mais il n’est pas encore au top de sa forme ni de ses capacités. Il reste encore du chemin, même si la distance déjà parcourue, au vu des difficultés traversées, est déjà impressionnante. Les pilotes moto sont vraiment des êtres à part …

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jake Dixon

Tous les articles sur les Teams : Petronas Sprinta Racing