Dans cette période où il faut faire attention aux virus, où les microbes se propagent et les infections se multiplient, on serait tenté de voir le mal partout. Y compris dans les machines. Ce qui est sûr c’est qu’entre Tom Lüthi et sa Kalex, la fièvre monte en même temps que les positions descendent sur la feuille des temps. Bien parti vendredi, le Suisse n’a eu de cesse ensuite de régresser. Sans en comprendre la raison…

Tom Lüthi, en Moto2, ne passe pas inaperçu. L’ancien Champion du Monde 125 est celui qui compte le plus de victoires sur la grille de départ avec 17 succès. Avec Lorenzo Baldassarri, il est l’un des deux pilotes à pouvoir se targuer d’une victoire à Losail dans la catégorie. Et du haut de ses 33 ans et 184 jours qu’il revendiquera dimanche, il est celui qui a l’état civil le plus avancé de la grille de départ.

De fait, il ne peut se permettre de faire de la figuration. Lors de l’intersaison, il avait montré de belles dispositions à Jerez. La première séance d’essai à Losail a été pour lui, mais depuis, tout va de travers. Le voici ce samedi soir à une lointaine 18e place sur la première grille de départ de la saison. Et avec beaucoup d’interrogations en tête…

« C’est la catastrophe ! Nous avons travaillé cinq jours sur ce circuit, sans trouver la solution. Je réussis rapidement à signer un chrono de qualité, avant de buter sur un mur. La moto ne réagit à aucune des modifications que nous apportons. Ce soir, j’étais à la limite partout, je me suis battu, je me suis plusieurs fois aidé avec les coudes, rien n’y fait. Il nous reste 20 heures pour essayer de comprendre ce qui se passe et, ensuite, trouver la bonne solution. » L’époque est décidément à la recherche de remèdes.

 

Moto2 Qatar J2 : chronos

 



Tous les articles sur les Pilotes : Thomas Luthi

Tous les articles sur les Teams : Dynavolt Intact GP