Le pilote du team Aspar est reparti de la deuxième manche de Jerez avec un résultat blanc et une blessure mais conserve toujours la première place du championnat, d’une courte tête cependant.

L’expression « jamais deux sans trois » ne s’est pas appliquée à Albert Arenas lors du Grand Prix d’Andalousie. Alors qu’il cumulait deux victoires, il est parti à la faute et s’est légèrement blessé, un moindre mal au vu de la violence de sa chute.

Le pilote espagnol avait su imposer sa domination, non seulement lors de l’ouverture de la saison au Qatar, en mars, mais aussi à la reprise lors du Grand Prix d’Espagne il y a deux semaines, confirmant ainsi son excellente forme. Leader du Championnat avec 14 points d’avance avant la deuxième manche de Jerez, il comptait bien tenter de terminer sur le podium pour augmenter son avance.

Malheureusement pour lui, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Qualifié en sixième position, il évoluait dans le groupe de tête lorsqu’il a été victime d’une grosse chute à huit tours de l’arrivée. Sonné, il a été évacué sur civière, avant de réapparaître debout, mais boitant. Le verdict est ensuite tombé : Arenas souffre d’une entorse à la cheville.

« Ça a été une journée un peu dure, j’avais mal partout, surtout à la cheville, mais aussi aux cervicales », a-t-il déclaré au lendemain du Grand Prix. « Petit à petit je m’habitue aux béquilles car pour le moment je n’appuie pas beaucoup sur mon pied. J’ai déjà fait trois séances de physio, je commence la rééducation et à présent il va falloir surmonter cette épreuve pour arriver à Brno au maximum. »

« J’ai regardé la course le soir et je me suis trouvé assez bien, je conservais ma place aux avant-postes », a-t-il poursuivi. « La stratégie était de rester dans le groupe et, selon mes forces et les pneus, d’attaquer à la fin. Ma chute a été très bizarre, j’ai d’abord perdu l’avant et ensuite l’arrière, sans aucune alerte auparavant. Ce sont des choses qui arrivent, les conditions étaient extrêmes et nous allions très vite. Je suis content d’être entier et je suis déjà à fond pour récupérer. »

Le leader du Championnat ne compte plus que six points d’avance sur Tatsuki Suzuki, mais peut espérer être complètement rétabli d’ici le Grand Prix de République Tchèque, grâce aux deux semaines de pause.




Tous les articles sur les Pilotes : Albert Arenas

Tous les articles sur les Teams : Angel Nieto Team, Aspar Moto3