Par Diana Tamantini / Corsedimoto

Le pilote du Max Racing Team s’est entretenu dans un live sur les réseaux sociaux avec les fans de l’équipe, son coéquipier Romano Fenati ainsi que Max Biaggi, et est revenu sur la situation actuelle et le premier Grand Prix de la saison.

En Espagne aussi, l’urgence sanitaire ne cesse de croître, obligeant les habitants à vivre en confinement, comme c’est le cas pour Alonso López qui respecte les règles imposées et reste chez lui, avec ses parents, à Madrid. Aucune sortie possible hormis pour faire les courses, les entraînements se font donc à domicile.

« Lorsqu’il faut faire les courses je me propose, comme ça je bouge un peu, car sinon je deviens fou », a-t-il raconté avec le sourire en essayant de dédramatiser une situation qui devient de plus en plus sérieuse. « En Espagne aussi la situation est problématique, peut-être pas autant qu’en Italie, mais ça ne va pas fort non plus. Avec mes amis, par exemple, nous ne sortons plus. Je m’entraîne chez moi. On s’adapte comme ça à la situation. »

L’entraînement reste primordial pour continuer de se préparer pour la saison, qui a tout de même connu une course en Moto3 au Qatar. Celle-ci a été pleine de nouveautés pour López qui est arrivé dans une nouvelle équipe, le Max Racing Team, et roule désormais non pas sur une Honda ou une KTM mais sur une Husqvarna. « La course s’est mieux passée que les tests, surtout lorsque nous avons installé le nouveau moteur », a-t-il expliqué. « Nous avons progressé tour après tour et nous n’avons cessé d’améliorer notre compréhension de la moto. Il est certain qu’il me manque encore quelques kilomètres et que j’ai commis quelques erreurs mais nous pouvons faire de bonnes choses. »

 

 

« Nous n’avions jamais travaillé ensemble mais je connais tout le monde », a-t-il poursuivi, visiblement satisfait de sa nouvelle équipe. « Ce qui m’a le plus surpris, c’est l’important soutien que j’ai reçu au niveau de la motivation ! C’est quelque chose qui m’a beaucoup manqué chez Estrella Galicia 0,0. Il n’y a rien à dire du point de vue professionnel, mais ce qui m’a surpris chez le Max Racing Team, c’est leur façon de savoir encourager et donner confiance à un pilote. »

Du côté de sa machine, le Madrilène a dû s’adapter : « Elle est très différente de la Honda avec laquelle je devais freiner doucement avant de la laisser rouler. On a vu que Fenati est très doué pour ça. Avec la Husqvarna au contraire il faut freiner fort, la stopper et accélérer. » Il faudra encore engranger beaucoup de kilomètres mais López voit déjà les angles d’amélioration : « Lorsque je relâche les freins, j’aimerais forcer moins sur la moto, elle tourne difficilement. J’aimerais que ça change un peu. »

Max Biaggi, le patron de son équipe, était également présent lors du live. L’Espagnol n’a pas manqué de lui demander son avis sur la reprise du Championnat, pour le moment toujours envisagé à Jerez début mai. Toutefois, il s’est montré plutôt sceptique : « Ça me semble très difficile de parvenir à disputer ce Grand Prix en mai. J’aimerais, mais bon… »

 

Lire l’article original sur Corsedimoto


Tous les articles sur les Pilotes : Alonso Lopez

Tous les articles sur les Teams : Max Racing Team