De Diana Tamantini / Corsedimoto.com

Le pilote italien est revenu sur sa saison et sur son occasion manquée à Valence. Il est cependant déjà concentré sur 2019. « Cela sera une année très positive. »


Au terme de sa seconde année dans la petite catégorie du Championnat du Monde, Tony Arbolino a déjà le regard tourné vers 2019. Le jeune pilote est prêt à passer un cap en essayant de décrocher ce fameux premier podium qui lui a toujours échappé jusqu’à présent bien qu’il ait montré toujours plus de compétitivité en piste. Ses neuf résultats obtenus cette année dans les points dont six dans le top 10 le prouvent. Il détient par ailleurs une sixième place comme meilleur résultat.

Les occasions de monter sur le podium n’ont pas manqué. La plus proche a vraisemblablement été lors du Grand Prix de Valence où il a réalisé la pole position, sa seconde de l’année et de sa carrière, et a surtout mené la course qui se déroulait dans des conditions très compliquées avec beaucoup de pluie. Le pilote du Snipers Team a malheureusement fait partie des malchanceux qui se sont fait piéger et cet abandon a laissé un goût d’autant plus amer au vu de la performance qui lui était possible de mener jusqu’au bout.

« J’ai mal géré » avait été le commentaire, à chaud, d’un Arbolino clairement très déçu. « J’avais un excellent rythme, une avance de presque trois secondes sur mon poursuivant et je pouvais faire ce que je voulais, mais j’ai exagéré… J’apprends de mes erreurs et cela m’aidera à progresser. » Le jeune homme de Lombardie a ensuite enchaîné un test de deux jours sur le circuit de Valence fin novembre et a terminé avec un chrono de 1’39.8 au guidon de sa Honda NSF 250RW et au sein du Snipers Team, avec qui il disputera sa seconde saison consécutive.

Que manque-t-il donc à Arbolino pour monter sur le podium ? « Peut-être un peu d’expérience » a-t-il déclarer dans une interview à Speedweek. « Nous partons toujours des premières lignes, mais ensuite en course il nous manque quelque chose. Dans tous les cas, nous y travaillons et je sens que la prochaine saison sera très positive, aussi bien pour moi que pour l’équipe. Cela reste une super émotion d’avoir mené la course, même si j’aurais dû gérer pour décrocher cette victoire. »

« Le Moto3 est une catégorie vraiment imprévisible. Dans certaines courses, comme c’est par exemple arrivé au Mugello ou en Australie, on peut passer en un tour de la première place à la quinzième place. On ne peut jamais utiliser de véritables tactiques car le résultat reste imprévisible. La seule chose qu’il est possible de faire est de maintenir le rythme des premiers. » L’un des objectifs pour 2019, en plus d’avoir conscience de pouvoir progresser, sera donc de se rapprocher constamment du podium.

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Auteur : Diana Tamantini

 



Tous les articles sur les Pilotes : Tony Arbolino

Tous les articles sur les Teams : Snipers team